Nicole IRAKOZE, musicienne burundaise diplômée, partage sa petite histoire!

Nicole IRAKOZE, Musicienne burundaise diplômée, approuvée par
l’« ASSOCIATED BOARD OF THE ROYAL SCHOOL OF MUSIC »
de Grande Bretagne,
partage sa « PETITE HISTOIRE »

Comme tant d’autres musiciens débutant, je voulais aussi devenir une star. Un jour mon père m’a entendu chanter et m’a demandé de lui donner cette musique. Je lui ai remis les paroles de la chanson. Surpris, il m’a dit: “Où est la musique? Je ne vois que les paroles!”. Je ne comprenais pas pourquoi il me demandait ça.

Au fait, en disant ‘la musique’, il voulait parler du « solfège ». Alors, je lui ai répondu que le solfège était destiné aux chants de l’église.
– « C’est suranné, dépassé…, moi je veux faire la musique moderne ! », avais-je ajouté.
Puis il m’a dit:
– “Ma fille tu n’iras nulle part si tu souhaites devenir une bonne musicienne ; tu dois apprendre et connaître le solfège”.
Je n’ai pas compris ce qu’il voulait dire sur le champ. Je l’ai ignoré en me disant, « j’ai une belle voix, je peux composer et chanter mes propres chansons. »

Lorsque je me suis décidée de faire la musique professionnelle, c’est là que j’ai enfin compris l’importance du solfège. Alors, j’ai entrepris d’apprendre le solfège. Le solfège, c’est notre écriture et lecture. Quand nous voulons conserver nos œuvres et les jouer sur des instruments musicaux, nous les transcrivons sur partitions musicales ; quand nous devons présenter nos chansons traditionnelles aux autres musiciens étrangers, nous utilisons le solfège. D’où l’idée de faire la musique tradi-moderne qui permet à nos musiques traditionnelles de porter leur voix au loin.

Nous avons beaucoup à donner et à enseigner au monde grâce au solfège et à d’autres connaissances musicales que nous avons acquises. Par exemple, les occidentaux peuvent nous enseigner à jouer au piano, et nous, on pourrait leur montrer comment jouer de l’ « inanga » et d’autres instruments burundais. Voilà l’importance de connaître les normes universelles de la musique parce qu’elles nous aident à promouvoir nos propres chansons traditionnelles et à les transmettre à qui le souhaiterait.

Les obstacles rencontrés sont nombreux : souvent, l’on doit notamment faire face au refus des parents quand on décide de se lancer dans la carrière musicale. Aussi, la société, l’entourage, qui ne soutiennent pas moralement ni financièrement les artistes, etc.
En tant que musicienne embrassant sérieusement la profession, je me suis prescrit des principes moraux pour surmonter ces obstacles :
– avoir un objectif (savoir à quoi je veux aboutir),
– ne pas accepter des cadeaux gratuits piégés (une grande somme d’argent, des voitures etc….) pour éviter la distraction. En effet, il est bien connu que les femmes qui font de la musique comme carrière sont souvent mal réputées au sein de la société. C’est pourquoi j’ai décidé de m’y lancer avec détermination pour arriver à la promotion de la musique africaine, et en particulier, la musique Burundaise.

Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega
Tél : +257 79 877 097
Email : musicologygitega@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

Publicités

UGUHINGURA INDIRIMBO ZIFISE AKANOVERA NYAKO K’UMUZIKI W’UBURUNDI

Ca GITABO cari kirindiriwe na benshi, gitanga INYISHU
KU BIBAZO VYINSHI bihanze Umuziki w’Uburundi
muri kino gihe, CABONETSE !

Inyuma yaho amariye gushira ahabona igitabo ciwe ca mbere citwa “DE L’INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE…” mu mwaka w’2014, kikaba kidonda ivy’ukuntu Umuziki wa Kijambere w’Uburundi watanguye gukorwa hamwe kandi n’abawukoze, Musenyeri Dr. Justin BARANSANANIKIYE ayoboye INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA, ahejeje kwandika igitabo kigira kabiri (noneho mu rurimi rw’Ikirundi) citwa :

« UGUHINGURA INDIRIMBO ZIFISE AKANOVERA
NYAKO K’UMUZIKI W’UBURUNDI » (290 pages)

Umwanditsi w’urubuga rwa Institut de Musicologie de Gitega yaraganiriye na we kugira atange umuco kuri ico gikorwa ciza kandi gihambaye kizogirira akamaro kanini cane abaririmvyi b’Abarundi.

UMWANDITSI : Musenyeri Dr. Justin BARANSANANIKIYE, tubanje kubakeza cane kubw’iki gitabo c’ingirakamaro mwanditse kandi kije gufasha abaririmvyi hamwe n’abakunda Umuziki w’Uburundi. Mbega iciyumviro co kucandika caje gute, cahereye hehe ?

Mgr. JUSTIN : Canjemwo ubwa mbere kuva mu ntango z’umwaka w’2000, aho Abarundi benshi bakunda Umuziki w’Igihugu cabo batangura kubona ku mugaragaro ko indirimbo zikorwa n’abaririmvyi b’Abarundi ziriko zirata akanovera haba mu buryo zahingurwamwo canke zikaririmbwa, mbere n’ururimi rw’Ikirundi rukaba rwari rutanguye gutiturwa na zo.
Ibimenyeshamakuru bitandukanye vyaba ivyandikwa canke amaradiyo na televiziyo, vyaciye bitangura kuza birambaza ico niyumvira kuri ivyo bibazo, hamwe n’ico mbona cokorwa kugira bitorerwe umuti. Mu ntango z’umwaka w’2017, ni ho naca niha icese umugambi wo gutangura kwandika ico gitabo kugira gisomwe na benshi.

UMWANDITSI: Ni ukuvuga ko namwe ubwanyu mwemeza ko Umuziki wa kijambere w’Uburundi wamaze guta akanovera kawo kandi ko watitutse.

Mgr. JUSTIN: Ego cane. Intango nziza twasize tuwuhaye twebwe abari muri ‘Orchestre National’ hamwe n’abari mu murwi ‘Amabano’ kuva mu 1977, si yo abaririmvyi ba kino gihe bariko bakorerako. Barayitaye baja kwubakira ku miziki mvamahanga batazi, bigana gusa, ata co bagifise c’iwabo kibaranga.

UMWANDITSI: Ni vyo twasanze koko iki gitabo canditswe mu buhinga buhanitse bw’ubushakashatsi mwakoze mufatanije na Institut de musicologie de Gitega. None, mwoduha incamake y’ibirimwo?

Mgr. JUSTIN: Igice ca mbere nacise “MBEGA ABARIRIMVYI B’ABARUNDI BAKENEYE IKI KUGIRA BAKORE NEZA UMUZIKI NYAWO W’UBURUNDI?”. Aha harimwo ivyiyumviro hamwe n’ibibazo bamwe mu baririmvyi b’Abarundi bo mu Ntara zitandukanye bashikirije ku vyereke ukwo gutakara kw’akanovera k’Umuziki w’Uburundi.

UMWANDITSI: Mbe, baremera hoho ko ari ivy’ukuri?

Mgr. JUSTIN: Bamwe baravyemera, abandi na bo bakihagararako mu vyo bakora. Muri ico gice nyene, harimwo ibishikirizwa na bamwe mu Benegihugu bemeza ko Umuziki wa kijambere w’uburundi wamaze guta inzira nziza wari warafashe kera. Harimwo kandi n’ivyashikirijwe na bamwe mu bamenyeshamakuru twayaze, ariko na bo nyene ntibumva kumwe ico kibazo.

UMWANDITSI: None muri rusangi, mwoba mwumva abantu bifuza ko hobaho ihinduka mu muziki wa kijambere w’Uburundi?

Mgr. JUSTIN: Baravyifuza cane. Aho nyene muri ico gice harimwo insobanuro hamwe n’ivyiyumviro n’impanuro zagutse zishikirizwa n’abaririmvyi b’Abarundi karuhariwe b’aho hambere, bari mu mirwi ‘Orchestre national’ na ‘Amabano’ igitangura mu 1977. Baratako bagashira ahabona ubuhinga bakoresha muri ico gihe mu guhingura zirya ndirimbo nziza cane badusigiye twama twumva. Ikindi giteye igomwe, ni ivyashikirijwe n’imboneza za kera cane mu muziki, nka Patiri Mariko Barengayabo twese tuzi, hamwe na Ndenzako Léon yari arongoye Chorale ya Cathédrale Régina Mundi ico gihe.

UMWANDITSI: Numva bikomeye cane.

Mgr. JUSTIN: Si ivyo gusa. Ndafasha abaririmvyi gutahura neza ku muzi ico ari co Umuziki kama w’Uburundi, nkerekana ivyamye biwuranga kuva kuri basokuru, ari na vyo bitegerezwa kuwuranga n’ubu no muri kazoza. Nasanze ari co gituma benshi bataja kuwaburako ubuhinga bw’indirimbo zabo kubera ko batawuzi.

UMWANDITSI: Ni ukuvuga rero ko umuziki kama w’Uburundi woba ufise amategeko abaririmvyi b’ubu batazi?

Mgr. JUSTIN: Wabitoye. Nderekana ku mugaragaro amategeko hamwe n’imvo n’insobanuro vyagenga abaririmvyi bacu mu Burundi bwa basokuru, naho ata ho vyari vyanditse. Rero kutabikorerako bica bituma akaranga k’Umuziki wacu gatakara.

UMWANDITSI: None, tuvuge ko mwoba mufise icizere ko abaririmvyi ba kino gihe bazotahura ibi vyose mwanditse, bakabikorerako?

Mgr. JUSTIN: Ndavyizeye neza naho kumbure bizofata igihe. Ni co catumye nshira muri iki gitabo impanuro nziza cane zashikirijwe n’umwigeme w’Umurundikazi yaminuje, Nicole Irakoze, aherutse kuva kunonosora ivy’ubuhinga bw’umuziki mu mahanga. Yaronse urupapuro rw’umutsindo rutangwa n’Urwego ruhagarikiye Ishure ry’Ubuhinga bw’Umuziki ryegamiye Umwamikazi w’Ubwongereza, rwitwa ASSOCIATED BOARD OF THE ROYAL SCHOOL OF MUSIC”. Abaririmvyi b’Abarundi nibamufatireko akarorero, bahere aha nyene muri Institut de Musicologie de Gitega.

UMWANDITSI: Twabonye n’ibindi vyinshi mwanditse muri kino gitabo hamwe n’amafoto meza cane tutari tuzi arimwo.

Mgr. JUSTIN: Egome. Vyongeye, ndashikiriza n’integuro ihambaye cane yavuye muri ubwo bushakashatsi nakoze, yitwa “INTEGURO Y’UMUGAMBI WO GUSUBIZA AKANOVERA UMUZIKI WA KIJAMBERE W’UBURUNDI” wotunganywa nk’inyishu ku bibazo vyinshi bihanze umuziki wacu, nkongera ngatanga n’ivyigwa vy’i bwina mu vy’ubuhinga bwo gukora indirimbo twisunze amategeko mpuzamakungu y’umuziki. Narongeyemwo kandi n’ibijanye n’ivy’itunganywa ry’amasoko y’urudandazwa rw’umuziki benshi batazi bigatuma bakorera guhomba.

UMWANDITSI: Mbega hari aboba barabafashe mu mugongo mur’ivyo bikorwa vy’ubushakashatsi canke mu kugira iki gitabo kizosohoke ku bwinshi abantu benshi baze bagisome?

Mgr. JUSTIN: Nta n’umwe yadushigikiye canke ariko aradufasha no muri kino gihe. Ariko abavyifuza, bumva ko iki gitabo ari ngirakamaro mw’iterambere ry’umuziki w’Uburundi, turabahaye ikaze, badushigikire.

Abifuza kutwandikira :
Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega
Tél : +257 79 877 097
Email : musicologygitega@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

VISION ET PARI DE Nicole IRAKOZE

« VISION ET  PARI » de Nicole IRAKOZE :
Une jeune Burundaise ayant embrassé Une Formation
Professionnelle Internationale en Musique

Connue il y a quelques années dans les milieux diplomatiques de Bujumbura suite à l’exécution en solo de certains hymnes nationaux des pays occidentaux, Nicole IRAKOZE, fille de BANDORA Emmanuel, a finalement décidé de se spécialiser en Musique à l’étranger. Notre rédaction l’a rencontrée lors de son dernier passage à Bujumbura.

RÉDACTION : Les jeunes burundais ont entendu parler de vous il y a quelques années, et plusieurs se sont posé des questions cherchant à savoir ce que vous étiez devenue après vos belles prestations dans les milieux diplomatiques de Bujumbura.

NICOLE : Je suis devenue ce que vous pouvez sans doute deviner. Plusieurs savent bien que je suis d’abord diplômée de la Faculté d’économie. Mais cela n’a pas vraiment pu effacer mon rêve et ma soif de devenir un jour chanteuse professionnelle capable d’embrasser sérieusement la carrière musicale où que ce soit.

RÉDACTION : Il semble que vous avez commencé à chanter étant encore très, très jeune.
NICOLE : Oui, je chante depuis mes neuf ans dans les chorales, en solo, etc.
RÉDACTION : Pourrions-nous savoir dans quels domaines musicaux vous vous êtes spécialisée précisément ?

NICOLE : Je suis diplômée en piano après deux années de formation suivie à l’Institut Africain de Musique (Africa Institute of Music). Je suis également détentrice de différents certificats dans la carrière de perfectionnement de la voix jusqu’au huitième grade, délivrés par l’Associated Board of the Royal School of Music « ABRSM » de Grande Bretagne après divers tests et formations suivies.

RÉDACTION : Wow ! Et ça c’est rare au Burundi. Il faudrait d’ores et déjà penser à vous produire un jour en solo au piano ici à Bujumbura pour lancer un défi aux autres jeunes filles burundaises.

NICOLE : Absolument, j’y pense déjà, et j’ai aussi des rêves !

RÉDACTION : Lesquels, par exemple ?

NICOLE : J’ai dans mes rêves un projet d’aider à la promotion de la
formation d’une musique de style tradi-moderne dont j’aimerais
bien devenir spécialiste. Ce projet sera dédié aux artistes du Burundi et de
la région de l’Afrique de l’Est en premier lieu, particulièrement en
faveur de la jeunesse.

RÉDACTION : Mais pourquoi décidez-vous de vous tourner vers nos musiques traditionnelles alors que vous avez un gros bagage de connaissances pouvant vous permettre d’exploiter d’autres styles de musiques étrangères et faire de l’argent avec ?

NICOLE : Non, ma prise de position ne doit pas vous étonner. Je sais que même l’Institut de Musicologie de Gitega s’est orienté vers ce noble travail. Saviez-vous que les différents professeurs qui m’ont formée, m’ont chaque dit que même si je parvenais à chanter les styles classiques occidentaux comme un ange, je ne pourrais jamais égaler ni surpasser les occidentaux eux-mêmes. Mais, que si je parvenais à développer la musique africaine originale, la musique de chez nous, en valorisant grâce aux théories apprises, nos différents styles de chant avec nos instruments traditionnels en fond, je serai très applaudie en occident et dans le monde entier ? C’est nous Africains, en effet qui possédons encore les racines secrètes de l’innovation en matière de musique dont le monde entier a besoin aujourd’hui !

RÉDACTION : Pensez-vous que nos artistes finiront par comprendre cet idéal que vous poursuivez ?

NICOLE : Ils y sont obligés ou alors ils travailleront toujours à perte et ne perceront jamais les horizons des musiques du monde. Allez voir ce qui se passe aujourd’hui dans les pays d’Afrique de l’Ouest comme le Ghana, le Nigeria, le Cameroun, etc, où des artistes venant d’Amérique et d’Europe débarquent chaque semaine en vue d’y effectuer des recherches visant à nourrir leur travail de création de nouveaux styles musicaux.

RÉDACTION : Et tout cela leur rapporte, n’est-ce pas ?

NICOLE : Énormément ! Et nous, on s’endort en continuant d’imiter leurs musiques qui n’ont plus d’avenir! Chanteurs, auteurs-compositeurs-interprètes burundais, réveillons-nous et mettons-nous au travail! L’heure a sonné pour notre réussite !

RÉDACTION : Ah oui, Nicole, courage et bonne réussite dans cette vision et ce grand pari que vous vous êtes fixés.

Nous contacter :
Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega
Tél : +257 79 877 097
Email : musicologygitega@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

L’A.S.B.L. « INGANJI AACB » organise le Festival « INGANJI FESTIVAL SEASON 1 » en collaboration avec CHRISTIAN FILM FESTIVAL.

(Photo en Affiche : Les différents intervenants à « INGANJI CONFERENCE »,
De gauche vers la droite : Pasteur John, Pasteur Acher, le Cinéaste Kenyan Amimo, Mgr. Dr. Justin Baransananikiye, et le Pasteur Joyeux Ntibareha, Président de INGANJI AACB).

Dans sa mission de rassembler et de promouvoir les artistes chrétiens du Burundi dont les œuvres viennent aussi glorifier Dieu, il se tient à Bujumbura du 16 Juillet au 02 Septembre 2018, un grand Festival artistique chrétien organisé par l’A.S.B.L. « INGANJI AACB » en collaboration avec CHRISTIAN FILMS FESTIVAL, sous le thème « La Paix et l’Entrepreneuriat : deux faces d’une même médaille pour un Avenir meilleur ».

Trois grandes activités sont prévues au programme, notamment, l’« Inganji Conference » qui donne l’occasion aux artistes de trois domaines artistiques, à savoir, la Musique, les Arts Plastiques et le cinéma, de recevoir une formation qui leur servira d’appui dans leur activité spécifique. Suivra ensuite, du 19 au 26 Aout 2018, une « Exposition des œuvres réalisées » dont les meilleures seront primées à la clôture par la remise de trophées lors d’une cérémonie baptisée «Inganji Award ».

Enfin, une « Soirée de Gala » clôturera le Festival le 02 Septembre 2018 avec la présentation au public des 10 meilleures œuvres sélectionnées dans chaque catégorie (Musique, Arts Plastiques et Cinéma).

Félicitations aux organisateurs de ce grand événement artistique !

“Une Nouvelle Institution Universitaire Voit le jour au Burundi: LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE, Qui inclut aussi une FACULTÉ DE MUSIQUE Parmi ses Départements

(Notre Rédaction s’entretient avec le Fondateur
et Recteur de cette Institution – Photo en affiche)

RÉDACTION : Docteur Siméon NIKOBARI, vous êtes fondateur et Recteur de LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE agréée au mois de Mars dernier, et qui ouvre bientôt ses portes à Bujumbura. Nos lecteurs seraient très heureux de vous connaître en quelques lignes.

Dr. SIMÉON : Je suis Burundais ; j’ai  évolué à l’étranger suite aux évènements malheureux qui ont endeuillé notre patrie. J’ai fait mes études universitaires au Kenya et en Angleterre et Je suis détenteur d’un diplôme de PhD en Religion et Philosophie et en Éducation, avec une expérience de plus de 20 dans l’enseignement  comme professeur et Vice-Recteur. J’ai enseigné au Rwanda, en Angleterre et au Burundi. Actuellement, je suis professeur à l’université Espoir d’Afrique et membre de la Commission Nationale de l’Enseignement supérieur.

RÉDACTION : LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE qui vient s’ajouter à d’autres Institutions universitaires déjà existantes au Burundi, c’est une très bonne nouvelle pour la jeunesse du pays. Et voilà, automatiquement, l’on se pose la question : « Quelles facultés allez-vous ouvrir dès le commencement ?

Dr. SIMÉON : LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE a été autorisée d’ouvrir deux facultés suivantes :

  1. Faculté des Arts: département de : Études du développement, Études de l’anglais et linguistique, Études Musicales (options : Musique sacrée, Musique profane et  Cinématographie) ;
  2. Faculté des Sciences: départements de : Technologie de l’information, Informatique, Sciences actuarielles, Sciences de l’éducation et Biologie.

RÉDACTION : Quels diplômes allez-vous délivrer ?

Dr. SIMÉON : Nous avons été autorisés de délivrer les  diplômes de Baccalauréat.

RÉDACTION : Arrêtons-nous un peu à la Faculté de Musique qui intéresse aussi l’Institut de Musicologie de Gitega. Comment ce Département est-il organisé ?

Dr. SIMÉON : LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE a été autorisée d’ouvrir des programmes de formation en Musique par le ministère de tutelle par ordonnance ministérielle n0 610/381 du 27 mars 2018.  Le Département de Musique, tout comme le reste de nos départements est organisé conformément aux exigences du Gouvernement du Burundi.

RÉDACTION : Avez-vous un personnel qualifié et compétent?

Dr. SIMÉON : Dieu merci !  Actuellement nous avons les meilleurs professeurs   qu’on puisse trouver sur place.  En plus de cela, il y aura des Professeurs-visiteurs qui viendront d’Amérique du Nord,  d’Europe et des pays de la  sous-région. Nous avons un partenariat avec des universités étrangères.

RÉDACTION : Comptez-vous collaborer avec l’Institut de Musicologie de Gitega qui travaille déjà dans l’Enseignement de la Musique depuis quelques années ?

Dr. SIMÉON : Oui, nous espérons établir un mémorandum de collaboration bientôt avec eux.
RÉDACTION : Et l’emplacement du Campus, ce sera où exactement ?

Dr. SIMÉON : Le campus principal de l’université Livingstone collège est situé sur la Route nationale N0  3, Ruziba,  en Mairie de Bujumbura.   Mais, nous comptons ouvrir des extensions ailleurs, et plus précisément à Gitega bientôt.

RÉDACTION : A combien s’élèvent les frais d’inscription et le minerval ? Les étudiants seraient-ils autorisés de verser les frais par tranches ou non ?
Dr. SIMÉON : Les frais d’inscription s’élèvent à  26. 000 FBU tandis que le minerval est comparativement le moins cher au pays et  dans la sous-région, soit 340.000 FBU.    Les étudiants seront autorisés de payer en 4 tranches par an.

RÉDACTION : Quelle est l’adresse bancaire pour le versement des frais ?

Dr. SIMÉON : BCB 13101-00100125843-48

RÉDACTION : Qu’en est-il de la Bibliothèque universitaire ? Est-elle déjà établie et organisée ?

Dr. SIMÉON : LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE est déjà abonnée à la bibliothèque virtuelle.

RÉDACTION : Merci beaucoup, Dr. Siméon, pour cet entretien et nous vous souhaitons pleins succès dans votre mission de former des élites universitaires de haute compétence qui serviront notre pays.

Adresse de Contact:
LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE
BP 6215 Bujumbura, Burundi
Téléphone: 61 300 000

La Radiotélévision Nationale du Burundi rencontre Les lauréats de RTNB MUSIC TALENT 2017 A l’Institut de Musicologie de Gitega

Photo : Séance de Travail à l’Institut de Musicologie de Gitega
Dirigée par Mr. Juma Léonard NDUWAYO,
Directeur de la Radio Nationale

Une première dans l’histoire de la Musique burundaise moderne ! Une initiative spéciale d’encouragement, un appel à aller ensemble de l’avant, une volonté sincère d’un soutien sans failles dans leur métier : voilà le message exceptionnel que Mr. Juma Léonard NDUWAYO, Directeur de la Radio nationale du Burundi, est venu délivrer aux lauréats du Concours musical RTNB MUSIC TALENT 2017 réunis ce vendredi 8 décembre à l’Institut de Musicologie de Gitega.

« La RTNB ne vous abandonnera pas, souligne Mr. NDUWAYO. Elle voudrait promouvoir votre métier car vous avez un important rôle à jouer dans le développement national. Vos œuvres musicales sont très utiles dans nos programmes d’éducation populaire, de formation et de divertissement. »

Mais il ajoute aussi que la RTNB est venue annoncer à ses lauréats de RTNB MUSIC TALENT 2017, la bonne nouvelle de la NAISSANCE D’UN PARTENARIAT MUSICAL PROFESSIONNEL TRIPARTITE entre elle et l’Institut de Musicologie de Gitega, et, bien sûr, les artistes concernés.
Et Mgr. Justin BARANSANANIKIYE de préciser : « Notre Institut est entièrement disposé à coopérer avec la Radiotélévision nationale du Burundi dans tous les projets visant la formation de ces musiciens. Tous les niveaux de formation sont prévus, y compris les études menant à l’obtention de la Licence en musique. »
A travers différentes interventions, les lauréats de RTNB MUSIC TALENT 2017 présents expriment leur profonde satisfaction pour l’intérêt particulier que la RTNB porte vis-à-vis de leur métier.
« Ce n’est pas tout, conclut le directeur de la Radio Nationale. La RTNB s’apprête également à vous représenter en matière de Droits d’auteur, ce qui fera l’objet d’une signature de contrat. Elle coopèrera avec l’Office burundais des Droits d’auteur pour défendre et protéger légalement vos œuvres. Aussi, nous vous accompagnerons dans l’organisation de concerts dont le premier est prévu à une date qui vous sera communiquée prochainement.

Bref, quatre grandes recommandations se dégagent à la fin de ce premier échange combien fructueux:
– Il sera organisé bientôt une émission radiodiffusée pour informer le public sur le Projet de partenariat RTNB – Institut de Musicologie de Gitega – et Lauréats RTNB MUSIC TALENT 2017.
– Une convention sera aussi préparée et signée entre la RTNB et les lauréats de RTNB MUSIC TALENT 2017.
– Des séances de formation musicale professionnelle de ces lauréats vont être organisées et dirigées par l’Institut de Musicologie de Gitega dans ses locaux a Gitega.
– Mgr Justin BARANSANANIKIYE, Directeur de l’Institut, sera prochainement invité dans l’émission « ICABARANZE » à la Radio nationale pour livrer l’historique de son parcours artistique et professionnel aux auditeurs de la radio nationale.

Ont également pris part à cette rencontre :
– Mr. Melchiade Nkeshimana, Journaliste/animateur a la RTNB
– Mme Espérance Niyokindi, Chef des Programmes Kirundi
– Bruyère Niyukuri, chanteur/musicien provenant de Bubanza
– Mlle Christella Ininahazwe, chanteuse/musicienne de Mwaro
– Aimé Nsengiyumva, chanteur/musicien de Gitega
– Innocent Nsengiyumva, chanteur/musicien de Gitega
– Léonce Niyibitanga, Chanteur/musicien de Rutana
– Epimaque Ndagiwenayo, chanteur/musicien de Kayanza
– Cédric Bangy, Chanteur/musicien de Bujumbura
– Ahmad Bigirimana, chanteur/musicien de Bubanza
– Dieudonné Nizigiyimana, chanteur/musicien de Buhonga Boys
– Bérénice Irumva, chanteuse/musicienne de Gitega
– Noé Niyonkuru, Journaliste à Humuriza FM Gitega
– Donatien Ndayihereje, chanteur/musicien de Bururi
– Davis Nindemesha, chanteur/Musicien de Ngozi
– Hassan Juma, chanteur/musicien de Makamba

Nous contacter :
Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega
Tel : (+257)79 877 097
Email-1 : musicologygitega@gmail.com
Email-2 : baransajust@gmail.com
Site : http://www.musicologygitega.wordpress.com

David NIKIZA, « L’ARTISTE RASSEMBLEUR »

David NIKIZA, « L’ARTISTE RASSEMBLEUR »,
avec le célèbre groupe « AMABANO » de la
Radiodiffusion nationale du Burundi,
dans « SANGWE ! » ou « BIENVENUE !»

Photo : Le groupe « EXPLORERS » devenu « AMABANO »
atterrissait à l’aéroport de Bujumbura
le 05 Février 1978.
De gauche vers la droite :
Antoine-Marie RUGERINYANGE (alias Africanova, chanteur), TULA wa Lupini (trompettiste), David NIKIZA (alias NIKI Dave, chanteur et Chef d’orchestre), SUPER wa Super (batteur), Antoine NTIRUHWAMA (alias Tanga, guitariste-chanteur), John KAGENDA (bassiste)

RÉDACTION : Monseigneur Justin Baransananikiye, Directeur de l’Institut de Musicologie de Gitega, vous êtes cousin direct de David NIKIZA, vous avez grandi ensemble et avez partagé plusieurs épisodes de la vie et, plus tard, dès son retour du Kenya en 1978, vous vous êtes retrouvés tous deux déjà au service de la Musique burundaise moderne. Quelle qualité particulière avez-vous gardée comme marque de la personne de NIKIZA ?

Mgr. JUSTIN : « UN ARTISTE RASSEMBLEUR » ! Et, chaque fois que je fais allusion à David, mes pensées et ma sympathie vont également vers Antoine-Marie RUGERINYANGE (alias AFRICANOVA), son bras droit, fidèle compagnon qui, ensemble, ont construit l’histoire et la gloire du groupe AMABANO de la Radiodiffusion nationale du Burundi à la fin des années 70.

RÉDACTION : Et, selon vous, quel serait le grand secret qui s’est toujours caché derrière le succès de David NIKIZA, le musicien/chanteur?

Mgr. JUSTIN : Mis à part son grand talent d’auteur-compositeur qui attirait vers lui des foules d’amateurs de la chanson, David était un homme très humble, peu exigent, ouvert, compréhensif et surtout épris d’un esprit de partage. Chacun voulait faire de lui son ami, et c’est là que la force de son esprit de « SANGWE » se manifestait.

RÉDACTION : Étaient-ce des qualités avec lesquelles il avait grandi où sont-elles apparues dès son entrée sur la scène musicale ?

Mgr. JUSTIN : Non. déjà, au cours de ses études à l’école Moyenne Pédagogique de Kibimba entre 1964 et 1968, puis à l’Athénée Mwami Mwambutsa IV de Bujumbura entre 1970 et 1972, David dont le talent de chanteur s’était manifesté très tôt, s’est illustré comme « le grand ami des jeunes » par excellence. Et vous dire qu’en moins d’une demi-heure, par exemple, il était capable de vous constituer une troupe de joueurs de saynètes à l’école, une petite chorale ou un groupe de danseurs !

RÉDACTION : Cet esprit de « RASSEMBLEUR » semble aussi ressortir notamment de son hit « SANGWE » que vous venez de mentionner.

Mgr. JUSTIN : Effectivement. « SANGWE » est l’un des derniers grands succès enregistrés en 1978 par David NIKIZA avec le célèbre groupe « AMABANO ». L’histoire de l’esprit « SANGWE » ou « BIENVENUE ! » a marqué tout son parcours artistique.

RÉDACTION : Comment ?

Mgr. JUSTIN : En bref, dès Mai 1972, alors que NIKIZA se retrouve refugié au Rwanda, il rencontre Africanova et ensemble en terre étrangère, dans cet esprit de « SANGWE » ils fondent le célèbre groupe très populaire, « LES FELLOWS », dont faisaient partie Masabarakiza Siméon (alias Rastang), Benito et Raymond Ramadhani. Peu après, dès 1974-1975, c’est à Nairobi que l’esprit « SANGWE » atteint son paroxysme lorsque, toujours avec Africanova, David fonde le groupe « EXPLORERS » composé, cette fois-ci, de musiciens Burundais, Kenyans et Congolais qu’il ramène au Burundi en 1978 pour devenir « AMABANO ».

Sangwe, Sangwe,

Sangwe bagiraneza dusangire ikiyago,Iyooh, iyooh, iyooh !
Sangwe, sangwe, sangwe, sangwe
Sangwe, sangwe !

Umutima w’urukundo uba hafi nk’irembo, Aho, aho,
Sangwe Bamararungu, Aho, aho,
Sangwe inanga iyage, Aho, aho, dusangire ikiyago!

Sangwe Bagiraneza, Abatuhurana,Iyooh, iyooh, iyooh!
Sangwe Bagiraneza, dusangire ijambo, Iyooh, iyooh, iyooh!
Sangwe Bagiraneza dusangire ikiyago,Iyooh, iyooh, iyooh
Sangwe, sangwe, sangwe, sangwe!

RÉDACTION: Mais, pourquoi NIKIZA lance-t-il justement ce puissant cri de « SANGWE ! » ?

Mgr. JUSTIN : C’était le moment idéal de le faire comme il me le disait à l’époque. En effet, David venait de retrouver sa terre natale après cinq ans et demi d’exil. En tant que premier grand chanteur/musicien burundais qui avait réussi à propulser la musique burundaise sur les podiums panafricains de l’ « Afro beat » grâce à ses deux hits « Tamba amayaya Burundi » et « Shoreza inyange » (1977), NIKIZA était devenu l’enfant-chéri des Burundais, le modèle à suivre, l’artiste à écouter.

RÉDACTION : Et, il en a profité pour donner un puissant message rassembleur à son peuple !

Mgr. JUSTIN : Sans aucun doute. Car, la moindre parole qu’il pouvait prononcer, allait retentir très fort dans les cœurs des Burundais à peine sortis des tristes événements de 1972. Voyez, par exemple, les expressions puissantes qu’il utilise dans cette chanson où il les invite tous comme:
– « Abagiraneza » (les Burundais qui avaient aidé/secouru/caché leurs compatriotes durant les moments difficiles)
– « Abamararungu » (les Burundais qui n’ont pas hésité d’aller consoler/réconforter et soutenir moralement ceux-là qui avaient perdu les leurs durant la crise).
– « Abatuhurana » (les Burundais qui n’ont pas attisé le feu, refusant de tromper/trahir/vendre leurs frères lors des tristes événements).

RÉDACTION : A tous ces artisans de paix, NIKIZA adressait donc son grand « SANGWE ! »

Mgr. JUSTIN : Exactement. Un « SANGWE » qui signifiait aussi ‘message’:
– de PARDON (David pardonne lui-même et oublie tout ce qu’il a subi car il n’y fait pas allusion du tout),
– de RÉCONCILIATION (venez, partageons la causerie fraternelle « ikiyago », et la parole de sagesse et d’Ubuntu « Ijambo » autour de la musique « Inanga » retrouvée, car l’esprit d’amour « urukundo » s’ouvre devant nous tous).

RÉDACTION : Merci à David NIKIZA pour ce bel héritage !

INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA
Email : musicologygitega@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

Claire Delorme, Spécialiste de Technique vocale et cours de chant, et Euphonie vocale, visite l’Institut de Musicologie de Gitega

Photo (de gauche vers la droite):
– Ferdinand Nzeyimana, Maitre de l’ensemble Polyphonique de l’Institut de Musicologie de Gitega
– Mgr. Dr. Justin Baransananikiye, Directeur de l’Institut de Musicologie de Gitega
– Mme Claire Delorme, Professeur de Musique en France
= Elsa Buttet de l’Institut Français du Burundi.

Professeur de Musique en France, Mme Claire Delorme était en visite à l’Institut de Musicologie de Gitega ce samedi 28 Octobre 2017. Accueillie par une présentation de 4 chants classiques (de Haendel et Beethoven) exécutés par l’Ensemble Polyphonique Vocal de l’Institut, elle n’a pas caché sa grande satisfaction quant au travail de qualité accompli par ce groupe de 60 personnes dont un quart des membres sont de jeunes enfants âgés entre 12 et 14 ans. Ferdinand Nzeyimana, qui dirigeait la chorale est lui-même un fruit de l’Institut de Musicologie de Gitega.

L’intervention de Mme Claire comprenait :
– Une série d’exercices pratiques de Technique vocale désignés pour la préparation de tout chanteur dans son métier ;
– L’apprentissage d’un chant russe et d’un autre d’origine canadienne ;
– Un riche exposé d’une heure sur l’ « EUPHONIE VOCALE ».

Les étudiants de l’Institut de Musicologie de Gitega, très satisfaits de ces connaissances reçues pour la première fois ont, à leur tour, exprimé leur joie à travers l’exécution de deux chansons traditionnelles burundaises avec danses appropriées, très acclamées par Mme Delorme.

Dans le prochain article, nous publierons en détail le contenu des débats et échanges entre l’intervenant et les étudiants de l’Institut de Musicologie de Gitega.

Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega (Burundi)
Tel: (+257) 79 877 097
Email 1: musicologygitega@gmail.com
Email 2: baransajust@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

PIRATAGE des chansons: Conseils du Directeur de l’Institut de Musicologie de Gitega

RÉDACTION : Au moment où  certains chanteurs/musiciens Burundais s’adonnent à la copie sans autorisation de chansons composées et écrites par leurs confrères, voici les conseils que Mgr. Justin Baransananikiye, directeur de l’Institut de musicologie de Gitega, aimerait promulguer à l’ endroit de ces chanteurs au sujet du « PIRATAGE DES CHANSONS »

Mgr. JUSTIN : Je saisis cette occasion pour rappeler à l’attention de nos jeunes chanteurs burundais d’éviter de telles méprises qui peuvent leur causer des tracas en justice et aller jusqu’à ruiner leur carrière.

RÉDACTION : Monseigneur, il semblerait que 4 des chansons dont vous avez été auteur-compositeur-interprète au sein de l’orchestre national dans les années 70 ont été également reprises et vendues sans votre autorisation il y a quelques années.

Mgr. JUSTIN : Effectivement. Il s’agit des chansons :
– Incuti irahumuriza (couramment appelée « Nzoja ku gasozi »)
– Mpaye umukenyezi
– Ngira mpere udusiga
– Urukundo ni intagerwa.

Malheureusement, sauf le jeune chanteur Chazy Cool qui est venu me contacter, tous les autres en ont fait leurs propriétés, allant jusqu’à écrire sur les pochettes des albums qu’ils en sont les compositeurs. Ici, je m’adresse aussi aux organisateurs des karaokés et des studios qui vivent des œuvres de nous autres pionniers de la musique burundaise moderne, ayant œuvré dans les premiers groupes célèbres, l’orchestre national et AMABANO à la fin des années 70.

RÉDACTION : Un avertissement ?

Mgr. JUSTIN : Absolument ! Nul n’ignore que l’Office Burundais des Droits d’Auteur (O.B.D.A) existe déjà et qu’il est opérationnel, c’est-à-dire qu’il est là pour protéger les droits des personnes ayant déposé leurs œuvres auprès de ses services. Artistes, écrivains, cinéastes, artisans, photographes, etc, sont tous concernés. Je conseillerai tout particulièrement à nos jeunes chanteurs de NE PLUS JAMAIS reprendre l’œuvre de quelqu’un d’autre sans AUTORISATION ÉCRITE accordée. C’est un VOL !
S’ils aiment une chanson et désirent se lancer grâce à elle ou l’améliorer à leur goût pour la revendre, pourquoi ne pas approcher son auteur-compositeur ou ses ayant-droits et demander officiellement un écrit d’accord (qui peut être payant ou gratuit) et partir en paix ? C’est ainsi que le business musical est organisé.

RÉDACTION : Peut-être que plusieurs se sont même lancés dans la carrière musicale sans en avoir les talents et la compétence, et cherchent ainsi à s’y maintenir en se servant des œuvres des autres !

Mgr. JUSTIN : Ils n’ont pas ce droit. C’est pourtant facile, et je l’ai répété plusieurs fois à leur intention. L’Institut de Musicologie de Gitega dispose d’un service qui écrit et vend de beaux poèmes (paroles) à chanter ainsi que de bonnes mélodies de chansons originales que les artistes peuvent se procurer chez nous et aller produire en studio. Qu’ils nous adressent leurs commandes !
TOUTEFOIS : sur les pochettes des albums, ils devront alors mentionner comme les règles de l’industrie musicale le prescrivent :
– Le nom de l’auteur (celui qui a écrit les Paroles) : INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA
– Le nom du compositeur de la musique : INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA également
– Le nom de l’interprète (celui qui exécute la chanson)
– Le Studio de production.

Conformément à la loi, chacune de ses fonctions a droit à un pourcentage qu’elle perçoit sur les ventes des albums. Qu’ils viennent, nous allons les aider à travailler dans la légalité !

Nous contacter :
INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA
B.P. 197 Gitega
Tel : 79 877 097
Email-1 : musicologygitega@gmail.com
Email-2 : baransajust@gmail.com
Website : http://www.musicologygitega.wordpress.com

LA FINALE DU CONCOURS DE LA CHANSON « RTNB MUSIC TALENT 2017 »

(En affiche : Les membres du JURY de la Finale du Concours de la chanson « RTNB MUSIC TALENT, Edition 2017». De gauche vers la droite) :

– Révérien HABARUGIRA, Professeur d’Université, Ethnomusicologue et Chercheur
– NGABO Léonce, Président du FESTICAB et aîné des Pionniers de la Musique Burundaise Moderne.
– Madame Yvette KWIZERA, du Service Marketing à la RTNB,
– Melchiade NKESHIMANA, Chef de section française et Anglaise à la 2eme Chaîne de Radio Burundi, et Animateur des Emissions « ARTISTE DU JOUR » et « HEBDO PARADE »
– Mgr. Dr. Justin BARANSANANIKIYE, Directeur de L’Institut de Musicologie de Gitega et Président du Jury du Concours RTNB MUSIC TALENT-2017.

Au Lycée Scheppers de Nyakabiga, une ambiance de grande joie, d’espoir mais aussi de fierté règne ce samedi 26 Août 2017 après-midi. Le Ministre de la Communication ainsi que celui de la Jeunesse, des Sports et de la Culture ont rehaussé de leur présence cet événement. 16 finalistes sélectionnés après les éliminatoires tenues dans 12 Provinces du Burundi sont également présents, le cœur palpitant, pour pouvoir enfin participer à la finale du premier Concours « RTNB MUSIC TALENT » organisé par la Radiotélévision Nationale du Burundi sous quatre thèmes :

THEME-1 : « DÉVELOPPEMENT » :

– David NINDEMESHA : Province NGOZI
– Christelle ININAHAZWE : Province MWARO.
– Hassan DJUMA : Province MAKAMBA
– Bruyère NIYUKURI : Province BUBANZA (1er prix de ce Thème)

THEME-2 : « DROITS DE L’HOMME » :

– Buhonga Boys : Province BUJUMBURA RURAL (1er prix de ce Thème)
– Epimaque NDAGIWENAYO: Province KAYANZA
– Léonce NIYIBITANGA: Province RUTANA
– Innocent NTUNZWENIMANA: Province GITEGA.

THEME-3 : « ENVIRONNEMENT » :

– Léonard NDAYISABA : Province NGOZI (1er Prix de ce Thème)
– Anicet MBONIHANKUYE & Jean-Marie NDAYIZEYE : Province CANKUZO
– Groupe « Young Famous »: Province BURURI
– Cédrick BANGY: Province BUJUMBURA-MAIRIE.

THEME-4 : « SANTÉ » :

– Groupe « IMBONEZA » : Province MUYINGA (1er Prix de ce Thème)
– Johnson TUYISHEMEZE: Province MAKAMBA
– Ahmad BIGIRIMANA: Province BUBANZA
– Aimé-Zébédée NSENGIYUMVA: Province GITEGA.

Par ailleurs, tous les concurrents ont été primés par ordre de succession dans leur Thème de participation de manière suivante:
– Un million de Francs Burundais + écran plat pour les premiers de chaque thème
– Cinq cents mille Francs Burundais pour les seconds;
– Trois cent mille Francs Burundais pour les troisièmes;
– Deux cent mille Francs Burundais pour les quatrièmes.

L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA salue avec enthousiasme cette grande initiative de la Radiotélévision Nationale du Burundi, que nous considérons comme un tournant décisif vers la mise sur pied d’un véritable programme de PROMOTION DE LA VRAIE MUSIQUE BURUNDAISE. Aussi, l’Institut proposerait à la RTNB d’aller franchement de l’avant et de ressusciter un GROUPE AMABANO-2 dont plusieurs mélomanes burundais ont la nostalgie, lequel servirait de modèle de travail à tous les nouveaux auteurs-compositeurs du Burundi. Les moyens le permettant, l’Institut de Musicologie de Gitega est disposé à offrir sa collaboration dans la formation des membres de cet ensemble musical en matière de Musicologie et Ethnomusicologie. Il serait également utile d’organiser fréquemment à l’intention de cette nouvelle génération de musiciens des Ateliers de formation sur les principes de composition musicale et de rédaction de beaux poèmes à chanter, mais aussi sur les méthodes de recherche au sein du patrimoine musical traditionnel burundais, ce qui améliorerait chaque année leurs productions musicales. Et pourquoi ne pas penser à offrir des bourses d’études musicales à certains musiciens burundais pour suivre une formation à la LICENCE EN MUSIQUE à l’Institut de Musicologie de Gitega ?

Enfin, un article intitulé « UN APPEL AUX MUSICIENS BURUNDAIS A REJOINDRE LES TRAVAUX DE RECHERCHE EN ETHNOMUSICOLOGIE, SEULE PORTE SURE VERS DE NOUVELLES PRODUCTIONS ORIGINALES» a déjà été publié l’an dernier sur le présent site par l’Institut de musicologie de Gitega, et serait très bénéfique pour tous les acteurs concernés. Sans aucun doute, LE PROJET RTNB MUSIC TALENT est une initiative héroïque que le Burundi tout entier acclame. Que le Jury du Concours de la Chanson « RTNB MUSIC TALENT 2017 » trouve ici l’expression de nos sincères félicitations.
http://www.musicologygitega.wordpress.com