IGISATA KIJE KWIGISHA IBIHANGANGE VY’ABARUNDI UBUHINGA BW’UMUZIKI KU RWEGO RWA KAMINUZA, CUGURUWE MURI LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE, I Bujumbura.

Kaminuza nshasha, LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE (yahawe uburenganzira n’itegeko nshikiranganji No. 610/381 ryo ku wa 27/03/2018), yuguruye IGISATA KIGIYE KWIGISHA Ibihangange vy’Abarundi ivy’UBUHINGA BW’UMUZIKI bushingiye ku mategeko mpuzamakungu y’ubumenyi nyabwo bw’Umuziki, no kuwukora no kuwigisha. Musenyeri Dr. Justin BARANSANANIKIYE, umuhinga yanonosoye ivy’Umuziki, akaba asanzwe ayoboye INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA, yabiganiriyeko n’uruganda rwacu:

URUGANDA: Musenyeri Justin BARANSANANIKIYE, mbega mwakiriye gute iyugururwa ry’ico gisata gikomeye co kwigisha ibihangage vy’Abarundi ivy’Ubuhinga bw’Umuziki muri LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE?

Mgr.Dr.Justin: Nukuri, twavyakiranye umunezero ntangere uvanze no gukengurukira bivuye ku mutima Dr. Simeon NIKOBARI, yashinze kandi ayoboye LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE, ku kuba yarashize IGISATA C’UBUHINGA BW’UMUZIKI mu bisata indwi iyo Kaminuza itanguranye.

URUGANDA: Amatwi adusumira, umengo Musenyeri Justin BARANSANANIKIYE ni umwe mu bigisha bo muri ico gisata?

Mgr. Dr. Justin: Egome ni vyo, ndi umwe mu bigisha b’ico gisata.

URUGANDA: Bisobanurwa rero ko mwobwira mu ncamake abasoma uru rubuga rwacu, ingene ico Gisata gitunganijwe.

Mgr.Dr. Justin: Igisata c’Ubuhinga bw’umuziki muri LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE kiratunganijwe neza cane nk’uko ibisata vy’umuziki vyo muri za Kaminuza zindi zo mu karere ka East Africa no mu makungu bitunganijwe.

URUGANDA: Ni ukuvuga ko PROGRAMMES z’ivyigwa ari zimwe n’izo ku rwego mpuzamakungu?

Mgr. Dr. Justin: Ni ko biri. Vyongeye, ibi bihangange vy’Abarundi turiko turigisha Ubuhinga bw’Umuziki, bazokwiga ya myaka itatu ya mbere ya Kaminuza (Baccalauréat), kandi ntakizobuza ko barangije hashobora kuzokwongerwako urwego rwa MAITRISE MU MUZIKI kugira Uburundi buzoronke n’abokwigisha ico Cigwa muri za Kaminuza zacu.

URUGANDA: Birakomeye nukuri! None mwotwagurira gatoya ivy’ivyigwa bikuru-bikuru biri muri ico gisata c’Ubuhinga bw’umuziki muri LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE?

Mgr. Dr. Justin: Ndabacira ku mayange ku vyigwa vyo mu mwaka wa mbere gusa:
1. Hariho icigwa twita “MUSIQUE POPULAIRE”: gishingiye ku kwiga no kumenya ubwoko butandukanye bw’imiziki ikorwa mu bihugu vyose vyo kw’Isi, no kumenya amategeko mpuzamakungu yo kuwandika no kuwuririmba mu majwi no kuyacuraranga, no kuyahingura, no kuyakoresha mu mirwi y’indirimbo itandukanye nyene. Harimwo n’ubuhinga bwo kuvyigisha mu mashure.

2. Hariho Icigwa citwa “SOUND ENGINEERING”: kigizwe n’ivyigwa bikomeye vyo kumenya gufata amajwi no kuyahinyanyura ku mategeko muri studio hakoreshejwe ivyuma bigezweho muri ubwo buhinga.

3. Hariho icigwa ca “MUSIQUE ET CINEMATOGRAPHIE”: Kigizwe n’ivyigwa bitanga ubumenyi nyabwo bwo guhingura no gukora umuziki uherekeza amareresi y’ubwoko butandukanye. Abahinga b’Abarundi bazovyiga bazoba bafise ubumenyi bwo guhingura neza umuziki ushingiye ku karanga k’Uburundi uzoshobora kudandazwa mu Mashirahamwe mpuzamakungu akora amareresi, mbere bashobore no gushigikira Abarundi bene wabo bifuza kuyakora.

4. Hariho Icigwa ca “MUSIQUE SACREE”: Kigizwe n’ivyigwa vyinshi bica hirya no hino ivy’ubumenyi mpuzamakungu bw’umuziki n’indirimbo rukristu, ukuntu zagiye zirakorwa zigatera imbere guhera mu kinjana ca mbere kugeza uno musi. Abakora indirimbo za “GOSPEL” n’izindi zikoreshwa mu ma “CHORALES” mu mashengero bazohungukira ubuhinga bwinshi.

URUGANDA: None ni ibihe bintu mwotubwira ko Uburundi buzokwunguka nihamara gusohoka umurwi wa mbere w’abo bahinga bazoba banonosoye ya myaka itatu ya “Baccalauréat” mu muziki muri LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE?

Mgr. Dr. Justin: Zimwe gusa mu nyungu nyinshi igihugu cacu kizoba kironse zigaragara mu muziki ni nk’izi:
– Hazoba habonetse incabwenge z’Abarundi zizi neza kandi zishobora kwigisha PROGRAMME y’ivyigwa vy’umuziki mu mashure. Mbere Leta niyitegure kuzoca ibikorako. Nanje nkaba mboneyeho akaryo ko guhimiriza abarangije amashure yisumbuye bakwije ibisabwa, ngo banyaruke kwiyandikisha muri ico gisata c’Ubuhinga bw’Umuziki. Nta nkeka kandi ko n’Ubushikiranganji bw’Inyigisho za kaminuza n’Ubushakashatsi na bwo nyene bwiyumviriye ico kibazo mu gutanga uburenganzira ko ico gisata cokwugururwa muri Kaminuza.
– Hazoba habonetse abahinga b’Umuziki b’Abarundi bazoshobora gutangura kugira ubushakashatsi mu muziki w’Uburundi ngo bawuhe akaranga n’akanovera kawo kabereye kuwuranga mu makungu. Twese turazi ko ico ari ikibazo kituraje ishinga ubu.
– Hazoba habonetse ibihangange vy’Abarundi bafise ubumenyi bukwiye bwo kuba abahinga b’indirimbo (auteurs-compositeurs) n’abahinyanyuzi (producteurs) bazokora umuziki n’indirimbo ku mategeko bazi ico barondera.
– Ikibazo c’ugukena kw’abanditsi b’ibitabo vy’umuziki b’Abarundi kizoba gitorewe umuti.
URUGANDA: Murakoze cane, benshi bari bakeneye kumenya ibi bintu nukuri! None, LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE isaba iki ku bifuza kwiyandikisha?

Mgr. Dr. Justin: Ndavuga ibintu bitatu bikuru-bikuru gusa:
– Kuba umunyeshure yarahejeje amashure yisumbuye akamenya ca Kibazo ca Leta gitanga uburenganzira bwo kuja muri Kaminuza (EXETAT).
– Kwiyandikisha, amafranga ni ibihumbi mirongwibiri na bitandatu (26.000 FBU)
– Amafranga y’ishure ni ibihumbi amajana atatu na mirongwine (340.000 FBU) KU MWAKA.

URUGANDA: Mbega ukwiyandikisha biracabandanya n’ubu?
Mgr. Dr. Justin: Ego, abavyifuza barahawe ikaze rwose.
URUGANDA: Bibera hehe?
Mgr. Dr. Justin: Bibera ku buyobozi bwa LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE, biri mu nyubakwa z’aho ikorera, kuri AVENUE DU LARGE, i Bujumbura.

Ibindi abiyandikisha bokwifuza kubaza, barashobora gushikira Umuyobozi wa LIVINGTONE UNIVERSITY COLLEGE mu buryo bukurikira:

Dr. Siméon NIKOBARI
Tél: 61 300 000 (Ni na yo whatsap yiwe)
Email: simeonsmith7@gmail.com
Canke: luc.edu.ac@gmail.com

Publicités

« LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE (L.U.C) » OUVRE OFFICIELLEMENT L’ANNEE ACADEMIQUE 2018-2019 Lundi 17 Juin 2019, à 7h30.

Agréée par Ordonnance Ministérielle No.610/381 du 27/03/2018, LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE (L.U.C), ouvre officiellement l’année académique 2018-2019 lundi le 17 JUIN 2019 à Bujumbura.

SITE DU CAMPUS : LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE (L.U.C) est abritée dans les enceintes de l’Université Sagesse d’Afrique, Avenue du Large, à Bujumbura.

FILIERES OUVERTES AU NOUVEAU SITE DU CAMPUS DU LARGE : Comme déjà annoncé auparavant, il s’agit des mêmes programmes de formation de NIVEAU BACCALAUREAT qui sont déjà autorisés, et qui jusque-là étaient logés à l’ancien campus sis au quartier Ruziba en Commune de Kanyosha :
1. Faculty of Arts : Départements de :
– Development Studies ;
– English Language and Linguistics Studies;
– Music Studies.

2. Faculty of Science: Départements de:
– Information Technology;
– Computer sciences;
– Actuarial Sciences;
– Biology and Teaching Education.

Les inscriptions sont toujours en cours. Pour plus d’informations, CONTACTEZ directement:

Dr. Siméon NIKOBARI, Recteur de LIVINGSTONE UNIVERSITY COLLEGE :
Mobile : (+257) 61 300 000
Email 1: luc.edu.ac@gmail.com
Email 2 : simeonsmith7@gmail.com
B.P. 6215 Bujumbura, BURUNDI.

Un Grand souvenir pour la Culture Africaine: Le Festival mondial des Arts nègres, Dakar,1966.

Un événement culturel mondial sans précédent qui inspire encore plusieurs États africains dans leur vision de Promotion de la culture.

(Photo, de gauche vers la droite: Alioune Diop, Léopold Sédar Senghor et Cissé Dia, au 1er Festival mondial des Arts Nègres à Dakar en 1966 © Présence Africaine)

Du 1er au 24 avril 1966 a eu lieu à Dakar au Sénégal, le 1er festival mondial des Arts nègres. Un événement important dans les annales culturelles du monde. Les artistes nègres de toutes les nations du monde se sont donné rendez-vous dans la capitale sénégalaise pour mettre en exergue la contribution culturelle de l’art nègre dans la civilisation universelle.
« Un des objectifs principaux du festival mondial des arts nègres était de faire connaître les meilleurs artistes nègres. Destiné à être biennal, le festival poursuivait quatre buts :
– faire connaître la contribution de la négritude à la civilisation universelle, pour reprendre l’expression du président sénégalais, Léopold Sédar Senghor, initiateur de ce festival ;
– permettre aux artistes noirs d’outre-Atlantique d’effectuer périodiquement un retour aux sources ;
– faire ressortir toutes les contributions de la négritude aux grands courants universels des pensées et de nombreuses formes d’art ;
– apporter aux artistes africains l’occasion de rencontrer des éditeurs, des producteurs de cinéma, des membres de l’élite internationale afin de leur permettre de faire connaître leur talent ».(https://www.nofi.media)

INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA
B.P 197 Gitega (Burundi)
Tel: +25779877097
Email: musicologygitega@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

De « MIRIRE » à « BURUNDI BWACU », Le génie poético-musical de l’Abbé Marc BARENGAYABO.

Photo: L’Abbé Marc BARENGAYABO

Le plus grand auteur-compositeur que le Burundi ait jamais connu, inégalable, incomparable, ce digne « Père de la Musique burundaise moderne », l’Abbé Marc BARENGAYABO, ferait davantage parler de lui aujourd’hui comme icône de notre Art musical, si, selon le souhait qu’il avait émis en 1977, le Burundi avait créé une Faculté de Musique au sein de son Université nationale.

« MIRIRE » fut le premier chef-d’œuvre musical sorti de sa plume, qui attira l’attention du tout premier gouvernement du Burundi, de l’Eglise et du public vers ce jeune étudiant du Petit Séminaire de Mugera en 1961, lequel entrait la même année au Grand Séminaire de Burasira. En Mars 2012, IWACU écrivait à son propos :

« … Son talent pour la musique avait été détecté dès le Petit Séminaire de Mugera. Pour le sacre de Monseigneur MAKARAKIZA, le jeune séminariste avait composé un chant « MIRIRE ». Ce chant exécuté en public, a transporté littéralement l’assistance. C’est alors qu’une délégation gouvernementale conduite par le Premier Ministre MUHIRWA est allée trouver les responsables du Grand Séminaire de Burasira pour leur demander de confier la composition de l’Hymne national au Séminariste auteur du chant « MIRIRE » qui avait tant épaté le public. Le jeune BARENGAYABO a pris peur. Il ne comprenait pas. Mais, rassuré par ses supérieurs, il a pris une retraite au Séminaire de Mureke durant une semaine pour se consacrer à la composition musicale. »

Hormis sa génération, qui d’autre a prêté attention à la riche poésie de ce chant qui est considéré comme précurseur de la naissance de l’Hymne national du Burundi ?

MIRIRE

« Nzokurata, Burundi, nzokurata (Mirire)
Nzogukeza, Muvyeyi, wanyibarutse (Mirire)
Nzogusiga, Burundi, nzogusiga (Mirire)
Uri inyange, Gihugu c’ubwiza (Mirire)
Inarugo, Burundi, arakuranga (Mirire)
Mu nyambaro, Burundi, arakwambika (Mirire)
Mu ngendo, Burundi, arakuranga (Mirire)
Mu guhana, Kirezi, atrakurerera (Mirire)
Mu bikorwa, Kirezi, arakwunguruza (Mirire)

Na Serugo, Burundi, araguserura (Mirire)
Ni we aguha, Mirire, icubahiro (Mirire)
Ni we nkingi, Burundi, y’amahoro (Mirire)
Tera imbere, Gihugu c’amahoro (Mirire)

Gira ubumwe, Burundi, bushimitse (Mirire)
Ehe ivyiza ni abana wibarutse (Mirire)
Nzokurata, Mirire, mu makungu (Mirire)

Mais, en réalité, où réside la force et la profondeur du message de « MIRIRE » ?
Expression d’honneur empruntée au vocable « AMIRIRE » désignant le « lait de vache » complet, non transformé, gardé soigneusement durant toute une journée, « MIRIRE » devient pour BARENGAYABO, mais au grand étonnement de tous, l’appellation digne d’être collée au Burundi. Pourquoi ?
Certainement que l’auteur trouve très significatif de chanter son cher Burundi dans un style métaphorique où il lui attribue les grandes valeurs et bienfaits reconnus au « lait de vache » qui, dans la tradition burundaise, nourrit richement le bébé jusqu’au sevrage et même dans la vieillesse. (Inka zikora ibirama : amata yazo ararera, agacutsa, akaramura).
Et le poète d’employer des expressions riches de sens :
– Nzokurata : pour signifier, je te vanterai, je t’exalterai, car tu m’es si chère, tu es mon tout, O Burundi !
– Nzogukeza : je viendrai comme vers une mère qui a donné naissance, et à qui l’on apporte pleins de cadeaux, signes de félicitations, de fierté, de reconnaissance, mais aussi d’espoir.
– Nzogusiga : pour signifier, je t’oindrai d’une huile précieuse, je te parfumerai pour te rendre toujours plus attrayant, toujours meilleure, O Burundi !
– Uri Inyange : pour signifier l’Ibis blanc, oiseau-berger, sans taches, beau, mais surtout fidèle et endurant.
– La femme burundaise te représente dignement, car par son accoutrement, elle te revêt et te couvre d’honneur ; par sa démarche, elle illustre ta douceur dans tous les secteurs de la vie nationale ; par la correction qu’elle donne à ses enfants, elle les élève pour en faire des citoyens fidèles et responsables qui te défendront ; par ses durs travaux, elle donne un coup de pouce à ton développement.
– Et l’homme Murundi ? Il est le reflet de ta dignité, c’est lui qui te couvre d’honneur et de grandeur, c’est lui le pilier de ta paix. Va de l’avant, Nation baignant dans la paix !

Et de terminer son si beau poème en souhaitant au Burundi de demeurer dans une unité solide et sans failles pour garantir l’avenir de sa plus grande et belle richesse : ses enfants.
Et voilà, bien que toujours incompris par les artistes-chanteurs burundais 40 ans plus tard, ce grand modèle d’un travail réfléchi en vue de la production d’une œuvre musicale de grande valeur s’imposera encore sur des siècles, qu’on le veuille ou non, comme référence dans l’art d’écrire et de composer des chansons au Burundi.

L’Abbé Marc BARENGAYABO n’était pas motivé par de bas sentiments de soif de faux succès ni d’un esprit de cupidité courant derrière l’argent. Reconnaissant personnellement sa propre valeur et son rôle en tant que fils digne de son pays, il était « rempli de grands sentiments de patriotisme mêlés d’un nationalisme militant au moment où le Royaume du Burundi allait prendre place dans le concert des nations libres. » (En 1962 bien sûr. DE L’INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE, UNE HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE, page 20). Souhaiteriez-vous un jour écouter « MIRIRE » ?

Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega
Tél : +257 79 877 097
Email : musicologygitega@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

Eduquer la Nouvelle Génération à Aimer et Pratiquer L’Usage de nos Instruments Musicaux Traditionnels.

La « Kora » est, par excellence, l’instrument musical-roi qui représente l’Art musical africain sur les podiums des spectacles artistiques mondiaux. Cet instrument ouest-africain n’a pas conquis cette gloire en un seul jour ; il a fallu un travail de longue haleine qui a requis à la fois courage, détermination, persévérance et fierté permanente de la part de l’homme Noir ! Pourrions-nous en tirer des leçons utiles pour la génération burundaise actuelle ?Le Burundi traditionnel ancien nous a légué un précieux héritage instrumental comprenant cinq instruments essentiels dont, un lamellophone, l’IKEMBE, trois cordophones, l’INANGA, l’UMUDULI et l’INDONONGO, ainsi qu’un membraphone, l’INGOMA, maître des rythmes « umurisho » et symbole de toute notre histoire ancienne. Ce dernier, honoré et ancré dans les profondeurs des racines des origines du Burundi en tant que nation, semble avoir tout naturellement gagné une sympathie particulière chez tous les Barundis. Ayant ressenti dans les battements de l’INGOMA une expression de bravoure, de dignité et de grandeur d’âme, la jeunesse burundaise moderne ne pouvait que l’aimer, l’adopter et le pratiquer volontiers. Mais, qu’en est-il des autres instruments cités?

Que l’INANGA, l’UMUDURI, l’IKEMBE et l’INDONONGO n’aient pas trouvé un chemin tout tracé dans les rêves artistiques de la jeunesse burundaise actuelle en milieu tant rural qu’urbain, devrait nous pousser à nous poser bien des questions résumées en une seule phrase : « Pourquoi ces instruments musicaux traditionnels ne sont-ils pas aimés et pratiqués à grande échelle par la nouvelle génération ? » Quatre réponses s’en dégagent :
– Il y a manque d’une vision de la responsabilité des aînés à qui incombe le rôle capital de transmettre les richesses artistiques traditionnelles aux générations à venir.
– Il y a manque d’une prise de conscience nationale quant à la sauvegarde des valeurs artistiques, dont les instruments musicaux traditionnels, qui doivent rester perpétuellement une des facettes de notre identité culturelle au sein du concert des nations.
– Il y a un puissant phénomène d’acculturation pesant sur la plupart des intellectuels burundais qui désormais attachent très peu d’intérêt à leur culture.
– Il y a manque d’un programme national concret d’éducation de la jeunesse à aimer et pratiquer l’usage de nos instruments musicaux traditionnels.
Ceci dit, n’est-il pas grand temps d’en parler et d’y penser ? En effet, si l’INANGA, l’UMUDULI, l’IKEMBE et l’INDONONGO disparaissaient complètement des mains et des doigts de nos jeunes, ce serait une disparition automatique de toutes les musiques et chansons du Burundi traditionnel bâties autour de ces instruments, mais aussi une perte totale des nombreuses poésies et de nos contes variés, sources de sagesse et d’’enseignement depuis les temps les plus reculés de notre histoire, et dont nos enfants et petits-enfants auront toujours besoin.
Il n’est jamais tard d’agir et de déclencher un réveil culturel musical traditionnel qui honorerait nos instruments musicaux, lesquels, aujourd’hui, semblent n’appartenir uniquement qu’à la classe des pauvres, des mendiants, des aveugles et autres personnes handicapées peuplant les rues de nos cités urbaines.
Pour ce faire, l’Institut de musicologie de Gitega se veut d’être un modèle où l’apprentissage des instruments musicaux traditionnels du Burundi reçoit la même importance que celui de la guitare, du piano, du saxophone, etc. Et pourquoi ne pas envisager de faire une proposition d’introduire dans l’enseignement fondamental des cours d’apprentissage de nos instruments musicaux traditionnels à côté de l’apprentissage des chansons et danses traditionnelles ?
Depuis le grand réveil culturel des nations africaines déclenché lors du premier Festival des Arts Nègres à Dakar en 1966, la promotion des musiques africaines et leurs instruments s’est de plus en plus imposée sur la scène mondiale. La « Kora » s’est hissée attirant autour d’elle diverses musiques du Sénégal, de la Guinée, du Mali, etc. Le Burundi, ne pourrait-il pas rêver de faire de même avec son INANGA et ses autres instruments au moment où la route nous est largement ouverte au travers de nos « INGOMA » aujourd’hui inscrits au Patrimoine de l’humanité ?

INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA
B.P. 197 Gitega
Tél: 79 877 097
Email: musicologygitega@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

L’ELITE UNIVERSITAIRE BURUNDAISE INTERPELLEE : Yves NISABWE, Universitaire Burundais engagé dans l’Oeuvre de Promotion de la Musique Traditionnelle Burundaise, s’exprime !

(Photo : Yves NISABWE avec Mgr. Dr. Justin BARANSANANIKIYE à Gitega)

« Je m’appelle Yves NISABWE, j’ai fait la Faculté de Communication à l’Université Lumière de Bujumbura et actuellement, je suis étudiant en Master en Développement à l’Université Senghor à Alexandrie, en Egypte. Je suis inscrit au sein du Département Culture dans la spécialité Communication et Médias. Dans cette formation, nous suivons des cours qui nous permettent de mettre en place des politiques visant le développement de nos pays. En tant qu’étudiant au Département Culture, j’ai choisi comme projet le développement de la musique burundaise, plus précisément la musique traditionnelle. Mon souci dans ce projet vient du fait que la musique moderne prend de plus en plus de l’ampleur au moment où la musique traditionnelle semble être oubliée. Le monde médiatique ne semble pas donner une place significative à la musique traditionnelle. De là est née l’idée de mise en place des mécanismes pour la promotion de la musique traditionnelle burundaise par les médias burundais. C’est sur cette initiative que je suis en train de travailler et qui fait aussi objet de mon mémoire pour ce Master à l’Université Senghor à Alexandrie.
Pour mieux avancer dans cette perspective, j’ai fait mon stage d’une période de deux mois et demi à la Fondation « Music In Africa » dont le bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest est basé à Dakar au Sénégal. J’étais contributeur sur son site Internet http://www.musicinafrica.net/fr qui fait la promotion de la musique, où j’étais chargé du Burundi, du Rwanda et du Niger, j’ai publié des articles sur l’actualité de la musique burundaise. Vous pouvez également y trouver pas mal d’articles parlant de la musique africaine ainsi que de nombreux profils de musiciens et de professionnels de la musique. Dans ce projet, j’ose espérer pouvoir travailler avec toute personne qui souhaiterait prêter main forte à sa réussite, notamment les artistes, les professionnels de la musique ainsi que quiconque qui, de près ou de loin, participe activement au développement de la musique burundaise.
Durant les dernières vacances, j’ai pu rencontrer certaines personnes qui ne ménagent aucun effort pour le développement de la musique burundaise, notamment le docteur en musicologie et directeur de l’Institut de Musicologie de Gitega, Monseigneur Justin Baransananikiye. Au cours de nos échanges, j’ai pu me rendre compte de combien nous sommes interpellés à investir tous nos efforts pour redonner une belle image de notre musique ».

RÉDACTION : Mgr. Justin Baransananikiye, après cette rencontre avec Yves NISABWE, j’estime que l’engagement culturel de ce jeune universitaire burundais vous dit beaucoup de choses. Votre commentaire !

Mgr. JUSTIN : C’est fantastique, encourageant et inspirant, d’apprendre que la mission de promotion de notre musique traditionnelle devient enfin un sujet qui préoccupe aussi nos universitaires. Mille félicitations à Yves Nisabwe !

RÉDACTION : Pourrions-nous estimer qu’il s’agit ici, indirectement, d’un appel spécial que la jeunesse universitaire burundaise devrait saisir au bond et se lever pour œuvrer ensemble dans ce domaine précis de promotion de la musique traditionnelle burundaise?

Mgr. JUSTIN : Effectivement. L’avenir culturel du Burundi, spécialement en matière de musique, ne pourra évoluer vers les hauts sommets de la réussite que quand nos élites universitaires l’auront pris en mains. C’est bien l’un des objectifs que je me suis fixé en créant l’Institut de Musicologie de Gitega en 2014. Mais, voyez-vous, qui a compris ce que j’ai fait pour mon pays?

RÉDACTION : Et ceci réveille le feu de la vision qui dort toujours en vous pour le développement réel de la Musique burundaise, n’est-ce pas ?

Mgr. JUSTIN : Bien sûr ! Laissez-moi vous montrer, ainsi qu’aux amis de notre site, où nous allons concrètement dans ce domaine :
– Le Burundi, en tant que membre de la Communauté Est-Africaine, devrait prendre conscience que sa présence au sein de cette grande Organisation régionale l’appelle aussi à considérer tous les secteurs de la vie nationale comme égaux dans sa vision pour un développement intégral.

RÉDACTION : Vous voulez sûrement dire que le domaine de la Musique jouit de très peu de considération ?

Mgr. JUSTIN : Mais, c’est un fait réel que nul ne peut nier ! Voyez, par exemple, comment nous sommes déjà devancés de loin par les pays de la sous-région en matière d’enseignement musical, où eux possèdent de nombreuses élites universitaires diplômées en Musique au niveau du Master et du doctorat. La plupart de leurs universités ont des facultés de Musique depuis des années. Et voilà nous autres, on est là dormants, en train de nous targuer d’avoir tels et tels petits chanteurs/musiciens ou DJ qui ne peuvent même pas vous lire ni écrire une partition musicale !

RÉDACTION : Justement, tous les chanteurs/musiciens burundais vous disent aujourd’hui qu’il n’est pas nécessaire d’apprendre ces choses, car sans ces connaissances ils ont pu déjà se construire une renommée.

Mgr. JUSTIN : Quelle renommée ? Sont-ils déjà parvenus aux sommets de la gloire des grands Manu Dibango, Youssou N’dour et autres grands artistes Africains qui n’ont pas négligé d’entrer dans des facultés de musique pour bien asseoir leur profession ? « Au pays des aveugles, le borgnes sont rois ».

RÉDACTION : Une erreur d’expérience, peut-être.
Mgr. JUSTIN : Je ne l’affirmerais pas. Voici mon second point d’analyse :
– La mondialisation est en train de faire du monde un village où chaque nation doit apporter sa part. Demain, je n’en doute pas, la Communauté Est-africaine dont nous faisons partie, voudra, par exemple, mettre sur pied une Commission sous régionale d’étude et de supervision des programmes d’enseignement musical dans les écoles, ou aussi une Commission d’échanges interuniversitaires des Facultés de Musique, ou même encore une Commission de chercheurs en Ethnomusicologie au sein des entités socio-culturelles de la sous-région. Un jour, il serait aussi peut-être question de créer un Panel sous régional de promotion des musiques et chorégraphies traditionnelles de l’Afrique de l’Est. Et, qui sait s’il n’y aura pas non plus création dans l’avenir, de grandes sociétés de publication de livres de chants au sein de l’EAC, etc, etc ?

RÉDACTION : Ah bon ! On n’y a jamais pensé.
Mgr. JUSTIN : Et je me pose ces questions : Qui ? Je dis bien, qui, le Burundi enverra-t-il pour siéger dans ces différentes commissions qui seraient certainement constituées par de hautes élites de l’EAC diplômées jusqu’au Master et au Doctorat en Musique ? Pensez-vous que notre système burundais de non considération des qualifications et compétences fonctionnera là-bas ?

RÉDACTION : Heureusement que vous pouvez déjà tirer la sonnette d’alarme par une telle analyse de la situation.

Mgr. JUSTIN : Ce n’est pas tout ! Saviez-vous qu’aucun des finalistes actuels des Écoles secondaires du Burundi n’a le niveau requis pour entrer dans une faculté de Musique ?

RÉDACTION : Pas possible, pourquoi ?

Mgr. JUSTIN : Ils n’ont jamais été formés conformément aux programmes internationaux de Musique conçus pour l’enseignement secondaire, lesquels leur donneraient un minimum de connaissances leur permettant d’aborder la première candidature de la Faculté de Musique ? C’est ça le triste fruit que nous récoltons des 39 années de suppression du Cours de Musique de l’enseignement au Burundi, depuis 1979. Nous le disons sur base des constats que nous avons faits à l’Institut de Musicologie de Gitega, où les finalistes des Lycées et Collèges qui viennent s’inscrire n’ont aucune notion de base en théorie musicale, ne pouvant ni lire ni écrire le solfège !

RÉDACTION : Et nous tardons toujours à en mesurer les conséquences ! Et que proposeriez-vous comme solutions urgentes ?

Mgr. JUSTIN : Que les décideurs concernés sachent que, plus nous tardons d’agir, plus nous refusons à la jeunesse burundaise son droit d’être formée à l’excellence en Musique. Oui, l’EAC est un géant par rapport à notre petit pays, mais j’aimerais attirer l’attention de tous sur le fait que l’EAC constitue aussi un immense débouché pour les élites universitaires burundaises qui sortiraient de nos facultés de Musique et qui pourraient s’y faire embaucher comme enseignants dans les écoles et universités de la sous-région et diriger de grands ensembles musicaux professionnels. Il en existe des centaines de milliers.

RÉDACTION : Certainement que très peu de gens au Burundi comprennent la situation de cette manière.

Mgr. JUSTIN : Parce qu’ils ignorent l’histoire universelle de la Musique et des Pères de la Musique Classique (Bach, Haydn, Beethoven, Händel et d’autres) qui étaient des génies remplis de la Science musicale sur laquelle toutes les Facultés de Musique dans le monde fondent leur travail aujourd’hui. Et puis, ils n’ont jamais su ce que nous a dit l’Abbé Marc BARENGAYABO, compositeur de notre Hymne national, qui présidait le Jury musical dont je faisais partie avec Ngabo Léonce, Ndenzako Léon, Augustin Ndirabika, Ignace Mageregere et Sylvestre Ntambutso, lequel avait primé Canjo Amissi au Concours de la Chanson en Juillet 1977 : (cité intégralement en Kirundi) :

« Ntitugarukirize ngaha honyene, mu vyo gutunganya amahiganwa nk’aya no gutanga udushimwe gusa. Twoba twihenze kandi duhenze abana bacu. Dukwiye ahubwo kwigisha uru rwaruka rukamenya neza ivy’amategeko y’Umuziki kugira bazorushirizeho kuririmba no gucuraranga neza muri kazoza…. Ndifuza cane ko hoshingwa igisata cigisha neza Ubuhinga bw’Umuziki aha muri Kaminuza y’Uburundi. Ariko bidusaba kuzobanza kuronka incabwenge z’imvukira zabinonosoye iyo mu za Bulaya. Umukama adufashe, azoduhe abakiri bato nk’aba ba Canjo na ba Barakamfitiye tubonye uno musi, bazoshobore kwakira ubu bumenyi dufise mu Buhinga bw’Umuziki, baheze na bo bazobuhereze abandi. Iryo ni ryo terambere ry’ukuri mu Muziki w’Uburundi.” (Marc Barengayabo, 1977).

RÉDACTION: Pensez-vous que la formation d’élites universitaires diplômées en Musique pourrait aider à résoudre les problèmes de perte d’identité de la Musique burundaise moderne observés actuellement?
Mgr. JUSTIN: Sans aucun doute.

Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega
Tél : +25779877097
Email : musicologygitega@gmail.com
Site : http://www.musicologygitega.wordpress.com

CE QUE CACHAIT LE PREMIER ORCHESTRE NATIONAL DU BURUNDI !

(Photo: Mgr.Dr. Justin Baransananikiye
avec Rose Twagirayezu, Août 2018)

Il y a quarante et un (41) ans, en 1977, Justin Baransananikiye et Rose Twagirayezu faisaient partie du groupe de chanteurs/musiciens qui ont fondé le célèbre Premier Orchestre National du Burundi au Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, sous la direction du Ministre, historien, professeur et Ecrivain, Emile Mworoha. Cette belle et riche époque de l’histoire de la naissance de la Musique burundaise moderne n’a pas seulement légué au pays d’excellentes chansons originales sous une musique envoûtante innovée et développée, mais, et surtout, une dame de grande estime au cœur palpitant sous les richesses culturelles de sa patrie, Rose Twagirayezu, ainsi que Justin Baransananikiye, défenseur et promoteur de l’art musical national. Que sont-ils devenus ?

Aujourd’hui, en 2018, Rose Twagirayezu est Animatrice du CENTRE BURUNDAIS POUR LA LECTURE ET L’ANIMATION CULTURELLE (CEBULAC). Justin Baransananikiye quant à lui, devenu Evêque, est Directeur et Professeur de l’Institut de l’Institut de Musicologie de Gitega dont il fut fondateur en 2014. A son palmarès sont également inscrits divers ouvrages dont il est l’auteur :
– « De l’Inanga à la Guitare Classique, Une Histoire de la naissance de la Musique Burundaise Moderne »
– « Uguhingura Indirimbo zifise Akanovera nyako k’Umuziki w’Uburundi » (une réponse aux défis posés par la problématique de la Musique burundaise moderne au 21ème siècle (sous presse).
– « Musiques Traditionnelles Vocales et Instrumentales du Burundi – GUIDE DE RECHERCHE » (sous presse).
– « 300 Chansons traditionnelles burundaises écrites sur partitions musicales, avec description ethnomusicologique » (sous presse).
– « Manuel de chants pour Elèves et Ecoliers – 100 chants en Français, 100 chants en Anglais, 100 chants en Kirundi et 50 chants en Kiswahili » (en cours de finissage).

A la nouvelle génération de chanteurs burundais, Rose Twagirayezu adresse ce grand message qui apparaît également dans la préface du livre « Uguhingura Indirimbo Zifise Akanovera Nyako k’Umuziki w’Uburundi » :

« Bagenzi mwaronse ingabirano yo kwikora mu gahogo mu muziki
W’Uburundi, Bacuraranzi namwe Bahinga mu vy’umuziki, Rwaruka Burundi bw’ejo, Nta kinini mfise ndababwira atari uko ico ukora wogiha umwanya ni ho kigira agaciro. Umuziki si uguta umwanya kumwe kera babifata. Ikimenyamenya ni uko abawijukiye, ubu ubatunze, ukabateza imbere.
Ndashimiye Musenyeri Justin Baransananikiye kuri ico gitabo yanditse
gihambaye kandi gihimbaye. Nizeye ko kizofasha abatari bake mu
Kubogora no gusubiza akanovera umuziki w’Uburundi. Indirimbo ni ubutumwa. Fata umwanya wo kurutegura mu majambo no mu mudiho,
kuko indirimbo yitondewe ntita igihe canke akanovera. Rondera amajambo
abereye, n’umudiho, wubahirize n’ururimi washimye kuririmbamwo. Uwuzorwumviriza agire ico asigaranye.”

Lors de leur dernière rencontre en Août dernier, Justin Baransananikiye et Rose Twagirayezu n’ont pas manqué de rendre un hommage à la mémoire de leurs anciens collègues à l’orchestre national déjà disparus, notamment, Canjo Amissi, Kirundo Gérard, Adolphe Bigirimana, Evariste Niyonzima, Jean-Pierre Misago, Chantal Nibizi, Sidonie Nzeyimana, Emmanuel Sindayigaya, Aloys Ndahigeze, Bernard Ntahombaye, Domitien Rurakomba. Ils ont également exprimé leurs souhaits de bonheur et de réussite à Magloire Nibigirwe (Alias Buddy) et Goreth Habonimana évoluant aujourd’hui à l’étranger.

Institut de Musicologie de Gitega
B.P. 197 Gitega
Tél : +25779877097
Email : musicologygitega@gmail.com
Site : http://www.musicologygitega.wordpress.com