Shungura Pancrace, l’un des Pionniers de la Musique burundaise Moderne

(Extrait du Livre « DE L’INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE,
UNE HISTOIRE DE LA NAISSAINCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE »,
De Mgr. Justin BARANSANANIKIYE)

Dans le but d’amener encore toujours les musiciens burundais de la génération actuelle à se tourner vers leurs ainés et à étudier en profondeur leur façon de travailler, nous avons choisi une autre figure de la Musique Burundaise Moderne, peu connue d’ailleurs du public d’aujourd’hui. Il s’agit de SHUNGURA Pancrace. Mgr. Justin BARANSANANIKIYE nous présente brièvement son œuvre dans son livre « DE L’INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE, UNE HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE ».

« Au début des années 70s commencèrent à se démarquer timidement certaines figures dans la musique Burundaise, écrit-il. Ici, nous citerons notamment le pianiste-chanteur Pancrace Shungura et son compagnon Michel Ndenzako, moralistes très applaudis dans la société aristocratique de Bujumbura, dont des œuvres comme « »Murondo uri mu bigero », « Nafashe urugendo » ou « Burundi ufise akaranga ibindi bidafise », enregistrées à la Radio nationale sont restées gravées dans les mémoires de plusieurs, se confondant à notre histoire récente.

La force de leurs œuvres musicales reposait essentiellement sur une poésie construite dans une suite de rimes soigneusement sélectionnées et agencées de telle manière qu’en les chantant, ils respectaient à 98% au moins la musicalité du Kirundi. A cette époque, Ndenzako dirigeait la chorale de la Cathédrale Regina Mundi de Bujumbura, et c’est lui qui écrivait les paroles que ce duo chantait. Par ailleurs, Ndenzako Michel faisait partie de cette classe de vieux sages de Rohero très respectés, qui tenaient absolument à sauvegarder et à perpétuer la tradition et les coutumes burundaises au sein d’une capitale qui devenait de plus en plus un carrefour et une métropole sous-régionale d’échanges interculturels entre les peuples de l’Afrique de l’Est et le grand Congo.

Ainsi, ce duo constitué de Shungura, jeune homme d’une vingtaine d’années et du quinquagénaire Ndenzako, prouvait noir sur blanc qu’un embryon de la Musique Burundaise moderne était en voie de gestation au travers de cette symbiose artistique qui marquait la passation du brut de notre culture poético-musicale à la nouvelle génération.

Bien sûr, il ne pouvait qu’en être ainsi à l’heure où un grand poète traditionnel Burundais, le célèbre Athanase Buryeburye, très aimé de la classe politique et de l’élite intellectuelle de l’époque, s’était établi à Bujumbura, faisant de son art un métier respecté et une perle d’or qui lui a valu de fortes récompenses de la part du Président Micombero. Il en était de même d’Emmanuel Nkeshimana, figure emblématique de la musique traditionnelle « Umuduli ». Et si tous les auteurs-compositeurs Burundais du XXIème siècle travaillaient les paroles de leurs chansons comme le faisaient Shungura et Ndenzako dans :

Murondo uri mu bigero ntuzozimire uzindutse
Isi yarameze amenyo, genda utekereje.
Ntuze ushinyire Nyante, wota umutima ku rutare
Ntube insimbarubebe, wohava ugwa kunzira
Gumana urupfasoni ntuzi abakubona.

Ni wumvirize impanuro abavyeyi bazoguha
Abazokubona bose bazogusonera.
Uwo inzozi ziteye azozinduka azi ico uzira
Imana yakuremye izokumara inyota
Yamurwa na Yamwaka zizozira rimwe.

Niwashika iyo urushinze, werakane ubuntu bwawe
Ntiwumvirize amabwire woruhera inyuma
Nyokobukwe akugoye mwereke ko uri n‘umutima
Ntushire iyo rishize wohava ushira isoni
Ntuze wubure ingeso wohava uzizira.

Barondo mwanteze abiri ngako agace mbaciriye
Ca make duce ibiyago twese turi bamwe
Ugomba kurusimba ntazimarira ku rutugu
Uruvugo ntirwonza ntawopfuye yubatse
Turuca mu ryahumye tukimara ishavu.

Et dans:

Nafashe urugendo buranyirira
Mbona urugo iruhande ndaramutsa
Hari umusore ageze kwubaka urwiwe
Baturaza ku kirambi kimwe
Agatiro karanyiba kubera uburuhe niriranywe
uwundi we ntiyaraye agohetse
Nikanguye ngo ndamubaze
Ambwira ko abangamiwe

Akazuba karasiye ku nama
Ancira ku mayange ikimuriza
Nti ewe muhungu ntuze ubumbe uhumye
Umuti w’itiro si utuyoga
Ntuze ugende wasamye
Nk’umwana asahuye udusigazwa
Fata akayira uje kwisumamwo
Uhengere ugwijije witonde ubaze umutima

Umusi witoye utume akajisho
Uzobona inyana zinyuranwa
Ntupfe gushima nziza utazi ico irisha
Ni wimare make uyiragire
Niwabona inyananyana
Kubitiza ijisho ku mirima
Niyaja kwona uce uyigarura
Niyaguca mu ryahumye
Azoba ari ko kageso
Ukabona agatima kayishimye
Shikiriza umuvyeyi agashikanwa
Uti je narambiwe na ca kirambi
Azoheza aje kugusabira
Mumaze gushinga amashiga
Ruzoba urugo ruramye.

Ces deux chansons pleines de sagesse ont été très applaudies et aimées du public burundais durant trois décennies. La caractéristique commune observée chez tous les Pionniers de la Musique Burundaise Moderne, est ce travail marqué par une concentration sérieuse sur la poésie des chansons qu’ils produisaient. Ils étaient d’abord écrivains poètes, plongés dans la connaissance profonde de la langue ‘Kirundi’ qu’ils exploitaient merveilleusement. Que les musiciens burundais de la génération actuelle comprennent le secret de la réussite de leurs ainés et emboîtent leurs pas.

« Dans le doute, il faut choisir d’être fidèle »
(François Mauriac, écrivain français, 1885-1970)

Nous contacter :
INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA
B.P. 197 Gitega, Burundi
Tel : +257 79 877 097 ou +257 77 758 123
E-mail : baransajust@gmail.com
https://musicologygitega.wordpress.com

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Une réflexion au sujet de « Shungura Pancrace, l’un des Pionniers de la Musique burundaise Moderne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s