QUATRE PILIERS INDISPENSABLES POUR LA PROMOTION D’UNE MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE

QUATRE PILIERS INDISPENSABLES POUR LA PROMOTION
D’UNE MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE

La mission de promotion d’une véritable musique burundaise moderne est un concept que tous les acteurs culturels nationaux en cette matière devraient comprendre d’un même point de vue. Maintes fois, nous avons tous crié que notre musique moderne avait perdu sa saveur poético-lyrique en pointant du doigt les artistes comme seuls responsables. Pourtant, il s’avère que le filigrane de ce malaise possède une racine beaucoup plus profonde.

La présente étude réalisée par l’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA a, en effet, relevé quatre piliers clés indispensables et importants qui, s’ils agissaient en synergie, pourraient créer un environnement favorable à la promotion et au développement d’une véritable musique burundaise moderne.

1. Une prise de conscience et un engagement fermes
des musiciens burundais.
C’est ici le point de départ de tout. Bien que nos musiciens sachent que le Burundi possède sa propre musique traditionnelle et originale, ils devraient en même temps prendre l’engagement de désirer et chercher son inspiration dans leur travail. Qu’un musicien bâtisse son expérience et sa renommée professionnelles sur des musiques exotiques et s’en inspire constamment pour créer, c’est très bien. Par contre, qu’il fasse fi de sa propre culture, c’est triste et déplorable. Les autres musiciens Africains, Antillais, Indiens etc, qui ont compris à temps cette réalité et se sont tournés vers elle, ont réalisé des exploits honorables pour leurs pays, en révolutionnant en même temps le monde musical international. En effet, avec le mouvement de la « WORLD MUSIC », tous les peuples dont les musiques étaient autrefois sous-estimées et mises à l’écart, les retrouvent actuellement placées en première ligne pour enrichir les nouvelles créations qui redonnent sa force et son sens à l’industrie et au marché de la Musique.
Malheureusement, les musiciens burundais ne l’ont pas encore compris et ne s’y sont jamais lancés sérieusement. Ils devraient cependant savoir que l’époque où l’on chantait pour chanter est révolue. Nous sommes à l’heure où Guinéens, Zambiens, Sud-Africains, Maliens, Sénégalais, etc, chantent tous sous les couleurs de leurs propres musiques originales modernisées. Ils ont à cœur la vision de jouer correctement leur rôle et de remplir dignement leur mission pour répondre aux exigences des marchés. Quand Manu Dibango lança le style « MAKOSSA » camerounais modernisé dans les années 70, toute la génération des musiciens Camerounais de l’époque lui emboîta le pas et se mit à exploiter et développer cette richesse de leur pays qu’ils ont ensuite offerte au monde entier.
Les musiciens burundais, eux, semblent ne pas avoir cette vision de travailler ensemble pour une même cause ; mais ils y seront tôt ou tard obligés quand les marchés se fermeront devant eux. Alors, qui prendra les devants pour les mobiliser, les rassembler, les sensibiliser et les conscientiser dans cette vision ? L’Amicale des Musiciens ? Une grande vedette burundaise qui émergerait bientôt ? Un Institut de Musicologie comme celui de Gitega ? Qui ? Les articles qui suivront nous le révèleront… (A suivre).

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s