(Suite 1) : Jean-Christophe MATATA, La ‘Muse’ Burundaise des Amours!

Comme déjà annoncé, ce 3 janvier 2016, sera célébré le 5e anniversaire de la disparition de Jean-Christophe MATATA, illustre figure de la Musique Burundaise moderne à qui nous consacrons encore ces pages.

2e Titre : MUKOBWA NDAGOWE !
« Fille, malheureuse que je suis ! malheureuse que je suis ! »

Matata a composé et enregistré ce titre à la même époque que «Amaso akunda ntabona neza », et le public de Bujumbura, particulièrement féminin, l’a fort acclamé pour un message aussi CLAIR et DIRECT envoyé en direction des maris infidèles. Que des larmes ont coulé lors des concerts où « Mukobwa ndagowe » a été chantée ! Le comble du succès de Matata dans cette chanson fut l’introduction pour la première fois (dans les chansons chantées en langue Kirundi) d’expressions d’un « créole burundais » qui, petit à petit, commencèrent à envahir le vocabulaire courant de la jeunesse de la capitale, voire même de tout le pays. Des termes comme : « Mon amourou (pour amour), arikansiyeli (pour arc-en-ciel), verema (pour vraiment), rime na verenis (pour vernis à lèvres), aramode (pour à la mode), amasigise (pour succès), kwiminimiza (pour se minimiser) », semblaient, pour Matata, être plus sympathiques et mieux indiqués pour exprimer LES LARMES D’UN AMOUR PROFOND BLESSÉ PAR UNE MÉCHANTE INFIDÉLITÉ INATTENDUE ! Une chanson d’une richesse morale incroyable mettant en relief le malheur de la jeune fille qui se marie aux cris des « Je t’aime, ma chérie, je t’aime ! Tu es belle, plus belle que l’arc-en ciel !, etc. », mais qui finit un jour par être traitée d’ordure, puis battue et rejetée au profit d’une autre plus jeune qui, elle aussi, malheureusement, devra s’attendre au même sort.

MERCI BEAUCOUP, MATATA! Même si tu nous as quittés, les paroles de ta chanson, elles, sont IMMORTELLES !

Kera nkiri iwacu ukinyereka urukundo
Warampaya, ukampayagiza
Nanje agati mu ryinyo, ngo ni uyo !
Nibutse kera ukinyiza
kukwita mon Chéri, mon amourou,
ukinyita arikansiyeli,
n’ingene ubu undiriye mu nzu
verema, amosozi aricunda
mummh, mukobwa ndagowe !

Ehe abana dufise batanu ;
Usigaye ubantana mu nzu,
Ugataha rimwe mu mezi abiri,
Kandi ushitse nkarara ku mahiri,
Untuka ngo nsa n’umwavu,
Rukundo, undiye ataco umpoye !
Hari ikintu wibagiye :
(Ehe ubu ndi nyina w’abana
Sinkiri ya nkumi yishinga ama parufe
Na za obutimumu na sudaniya, kandi ivyo nawe urabizi)

Ntugire ngo ni kera nkiri inkumi
Ngifise umwanya w’igisokozo n’icirore
Ni akabuye ko kwica amaga
Rime na vereni inzara zigashaza
Nkiri aramode, ngifise amasigise
Ukimpaya ngo ndi isaka rishuritse ibikorwa,
Rikamurwa amahoro
Ngo ni jewe rumuri rw’ubuzima bwawe,
Ngo ndi imfura y’abavyeyi
None ubu urantaye
Urigumuye ukurikiye inkumi !

Mbega aho izoburira umwanya nkanje
Kubera ibikorwa n’uruvyaro
Uzoyita urondere iyindi, canke bizogenda gute ?
Reka kwitesha agaciro
Reka kwiminimiza
Heba ugaruke abana tubahe akarorero keza
Tubahe indero ndundi
Indero runtu, mukobwa ndagowe

Refrain:
Mukobwa ndagowe!
Mukobwa ndagowe!
Mukobwa ndagowe!
Mukobwa ndagowe!

« Fille, malheureuse que je suis ! malheureuse que je suis ! »

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s