« BAKANIBONA » : une autre chanson célèbre du Premier Orchestre National du Burundi.

Adolphe BIGIRIMANA et KIRUNDO Gérard.

« BAKANIBONA » : une autre chanson célèbre
du Premier Orchestre National du Burundi.

Deux auteurs-compositeurs-interprètes Burundais, Adolphe BIGIRIMANA et KIRUNDO Gérard (Photo en affiche), parmi les membres fondateurs du Premier Orchestre national du Burundi en 1977, portent ensemble la gloire des lauriers de ce célèbre chef-d’œuvre tant aimé, « BAKANIBONA », composé et écrit en 1976, et qui fit partie de la première série enregistrée à la Radiodiffusion nationale du Burundi au mois d’Août 1977.

Ces deux Pionniers géants de la Musique Burundaise Moderne étaient bien connus des mélomanes de Bujumbura depuis la création de l’Orchestre AKEZAMUTIMA à Bwiza (1973-1974) par Augustin NDIRABIKA qui en faisait également partie comme chanteur et à qui nous consacrerons un article spécial plus tard. Le texte fut retouché et perfectionné par ce dernier qui lui donna en quelque sorte une destinée d’être une réponse à la grande réalité devant laquelle se trouvait le Burundi de cette époque, à savoir, un laxisme généralisé ainsi que l’incompréhension par les jeunes des fondements d’un développement pour tous, par le travail,  comme le prêchaient les autorités de la 2e République qui venait à peine de naître le 1er Novembre 1976.

Mais, pourquoi ont-ils choisi de chanter sur un sujet relayant les préoccupations de l’État alors qu’ils étaient un groupe musical autonome non-subventionné par ce dernier ? Parcourons d’abord le contenu de « BAKANIBONA » ?

1. N’urire, wihorere, Bakanibona,
Ubukene si ubw’umwe.
Iryo tunga wipfuza, Bakanibona,
N’ubanze ureke, wihangane ;
Niyaba Imana yararikwandikiye,
Bakanibona, Uzoronka n’ibitari ivyo.

Baca umugani mu kirundi ngo :
Usaba Imana ukanuye maremare,
Ikaguha n‘ibiyamena !
Kandi noneho urabona ko
Imana yaremye ibintu vyose birutana!

Gira Imana ugire ico urya
N’aho ubika isoni,
Bakanibona, ugire umugisha.
Kumbura ukore nk’uwikorera, Bakanibona,
Igihugu gitere imbere.
Kandi noneho, kuri iyi ntwaro nshasha,
Nta wipfuza amaronko atayakoreye!

REFRAIN:
Ewe ga Bakanibona, itonde;
Imana yakuremye irakubona,
Imana yakuremye irakubona,
Yohoo, irakubona! Yohoo, irakubona!
Ntawutanga Imana kwihebura,
Imana yakuremye irakubona
Yohoo, irakubona! Yohoo, irakubona!

Kura amaboko mu mpuzu, Bakanibona,
(vyuka kare mugabo)
Kura amaboko mu mpuzu, Bakanibona,
(inyomvyi ntigutange)
Kura amaboko mu mpuzu, Bakanibona.

Ntawutanga Imana kwihebura,
Imana yakuremye irakubona,
Yohoooo, irakubona! Yohooo

L’explication du choix de ce thème est simple. En effet, Augustin NDIRABIKA, qui fut à la fois fondateur du groupe AKEZAMUTIMA et aussi membre fondateur du Premier Orchestre national du Burundi, avait auparavant servi comme Secrétaire aux Affaires Culturelles à la Mairie de Bujumbura avant de devenir Commissaire national aux Pionniers de la Jeunesse Révolutionnaire Rwagasore.

Le nom « BAKANIBONA », issu du verbe « gukana », vocable utilisé dans l’étape  de fixation de la peau lors de la fabrication des tambours traditionnels royaux du Burundi, a été choisi comme symbole de la paresse pour signifier « Bakana ubona » (les autres font leur travail pendant que toi, tu restes simple spectateur) ! Et les auteurs d’ajouter « Kura amaboko mu mpuzu, BAKANIBONA, vyuka kare, inyomvyi ntigutange! » (retrousse les manches et travaille, BAKANIBONA, lève-toi tôt, au premier chant du coq!) Ceci nous rappelle sans doute « La Cigale et la Fourmi » de Jean de la Fontaine.

« BAKANIBONA » n’est ni l’œuvre de l’Orchestre AMABANO (Africanova, comme certains l’on prétendu) ni de quelque autre groupe Congolais. C’est bien une chanson du Premier Orchestre national du Burundi fondé en 1977. Adolphe BIGIRIMANA jouait de la guitare solo tout en chantant le soprano, KIRUNDO Gérard était à  la guitare accompagnement et chantait aussi l’alto. A la guitare basse se trouvait Magloire (Alias Buddy) et à la batterie, Evariste NIYONZIMA.

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Une réflexion au sujet de « « BAKANIBONA » : une autre chanson célèbre du Premier Orchestre National du Burundi. »

  1. C’est un grand bonheur pour nous qui avons côtoyé ces fondateurs pionniers de la musique burundaise de voir qu’on leur rend hommage!!! -merci pour eux et aussi pour nous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s