Photo prise le 1er Juillet 1977 dans les jardins du Palais du 1er Novembre a Bujumbura.

« NGIRA MPERE UDUSIGA »: Un autre Chef-d’œuvre de L’ORCHESTRE NATIONAL DU BURUNDI.

Plusieurs mélomanes qui ont aimé et aiment encore cette belle et célèbre chanson de l’Orchestre National du Burundi, l’appelaient et l’appellent toujours par erreur « NGIRA NTERE UDUSIGA », ce qui ne colle pas du tout avec son contenu, d’autres l’attribuant faussement à Kaka Bone qui l’a reprise en 2012.

La chanson s’appelle plutôt « NGIRA MPERE UDUSIGA », précise Justin Baransananikiye, son auteur-compositeur, interprète et arrangeur qui l’a produite et enregistrée à la radiodiffusion nationale longtemps avant avec l’Orchestre national du Burundi dont il était chef, en 1979. Chanson qui réveille de profonds souvenirs chez de nombreux Barundi qui l’avaient accueillie avec enthousiasme à cette époque, elle est née d’une vraie histoire d’amour entre X et Y qui furent malheureusement contraints de se séparer. Et voilà qu’un beau matin, X voyant passer au dessus de lui une colonie d’Ibis en vol, se souvient d’elle, et façonne rapidement un poème qu’il lance dans les airs, le confiant aux bons soins de ces oiseaux voyageurs quotidiens dont la destination est inconnue. Mais il est sûr et certain qu’ils trouveront sa bien-aimée quelque part, au Burundi, et le lui confieront. Comment ? Bien sûr, par leurs chants aussi :

1. Ngira mpere udusiga
Two, tudasigana mu kugenda,
Two, tuguruka kure cane,
Tukarenga impinga yarenze!
Ngira mpere udusiga
Two, tuzi guhibongoza,
Tumubwire ico ntamubariye,
Hambere tukibonana!

Refrain: Ncuti nkunda, ncuti mfise!

2. Ngira mpere udusiga
Two, tuzinduka kare cane
Two, tugenda tukagaruka,
Tukibuka ishami twaritseko!
Kuko ndamuheruka kera,
Yamara ntamwihakanye namba,
Ni we yankoroje aya mbere:
Yari intore mu rungamye!

Refrain: Ncuti nkunda, ncuti mfise!

3. Ngira mpere udusiga
Two, tuzi ibisaka n’ibisagara,
Tugende,Tumwongorere,
Iryo Umutima wamukunze ugona!
Yoba mu kibira kitazwi,
Canke mu musozi ya kure,
Ngira mpere udusiga,
Amenye intuntu n’agahinda mpfanye!

Refrain: Ncuti nkunda, ncuti mfise!

4. Mwa dusiga muguruka,
Muramubwira ka kajambo,
Mumuzindure umutwenzi, muti :
Ka gacuti kawe karacariho!
Mwa dusiga muguruka,
Muratera ka kavyino k‘iwacu,
Kamwe k‘intimba y‘umukunzi,
Muti : Sangwe Tiro ry’inka!

Refrain: Ncuti nkunda, ncuti mfise!

Mais, voilà qu’un 5e couplet qui avait été  écrit pour cette chanson, ne fut pas chanté lors de l’enregistrement, pourquoi ? Jugez-en vous-mêmes ! C’est celui de la dernière rencontre secrète entre X et Y, où X lui proposait une évasion vers le Buyogoma : « S’ils nous suivent là-bas, nous irons au Bweru ; s’ils nous y poursuivent aussi, nous irons nous cacher au Buragane ; et s’ils persistent à nous rechercher, alors, on se transformera en danseurs ‘Agasimbo’ et on portera les plumes d’oiseaux sur la tète comme ces danseurs, ainsi que des grelots aux chevilles: ils ne nous reconnaîtront plus ! ». Ce rêve ne fut jamais réalisé.

« NGIRA MPERE UDUSIGA » fut enregistrée à l’époque où Adolphe Bigirimana, Kirundo Gérard, Magloire (Buddy), le batteur Evariste Niyonzima et CANJO Amissi, venaient de quitter définitivement l’Orchestre National. Mais, il y avait bien avant au sein de ce même groupe une deuxième équipe de musiciens (en attente sur le banc de touche), que Justin Baransananikiye réorganisa vite pour reprendre le travail en mains. Ainsi, «NGIRA MPERE UDUSIGA » fut enregistrée avec Aloys NDAHIGEZE à la guitare solo, Bernard NTAHOMBAYE à la guitare accompagnement, Pierre MISAGO à la guitare basse, Justin Baransananikiye à l’orgue et au chant (soprano), Emmanuel SINDAYIGAYA (auteur-compositeur de « Ingo Ncuti, ingo ummare ibicuro ») à l’alto, et Jacques Dutronc à la batterie. Les voix féminines étaient celles de Rose TWAGIRAYEZU, Chantal NIYIBIZI, Sidonie NZEYIMANA, Pélagie CISHAHAYO et Goreth HABONIMANA. L’orchestration et les arrangements etaient l’œuvre de Justin.

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s