« BIGORO VY’IMIGABO : Un éloge de Musique traditionnelle burundaise ‘Inanga’ adressé à LA VACHE ».

Symbole de richesse et de prospérité dans le Burundi traditionnel, la vache a été plusieurs fois choisie comme thème dans différentes chansons composées et chantées par nos artistes, plus particulièrement sur l’INANGA, seul instrument musical privilégie, d’ailleurs, que l’on retrouve dans les musiques de la cour royale. Dans son nouvel ouvrage, Musiques Traditionnelles, Vocales et Instrumentales du Burundi, TOME 1, Mgr. Justin Baransananikiye écrit:

« …la musique Inanga revêtait une importance toute particulière à laquelle s’ajoutait un sentiment d’honneur qui lui était conféré en tant que ‘ Musique de la cour royale par excellence’. Les rois du Burundi (Mwami, Bami au pluriel), avaient toujours dans leur entourage, des musiciens joueurs et chanteurs sur l’Inanga sélectionnés dans différentes régions du pays par les Princes-gouverneurs qui étaient en charge de l’administration territoriale. Les rois du Burundi étaient de vrais mécènes. En effet, les meilleurs joueurs de l’Inanga, les meilleurs danseurs ou les meilleurs poètes qui s’exhibaient à la cour, étaient toujours primés par Sa majesté le Mwami du Burundi. Cette grande récompense consistait en un certain nombre de vaches grasses accordées que le bénéficiaire conduisait directement chez lui. Ravis d’avoir été ainsi honorés, ces artistes répondaient par des compositions de nouvelles chansons de reconnaissance envers le roi, comme nous le présente ici l’un de ces chefs-d’œuvre exécuté par le vieux Bandora dans cette poésie idyllique titrée, « Bigoro vy’imigabo » :

Ese Bigoro, ese Bigoro, ese Bigoro
Ese Bigoro vy‘imigabo
Ese Bigoro, ese Bigoro,
Ese Bigoro vy‘imigabo

Erega iravumera ikaberwa
Nkayivumereza kanatsinda iraberewe
Gakeye, gakeye
Gakeye data w’imigabo

Narageze ku Mukirakiziba
Hamwe ku Gitanga h’Intatangwa
Nagabanira Birenzi na Bigoro
Naratewe iteka ngenda ntamba ntarika
Erega ndi kwa Biziragukanya
Gakeye data we
Gakeye Bigoro vy’imigabo

Naragabanye Maza n’imwe Ntambara
Na Birenzi irenza urwamo izindi;
Ndatamba ndatarika
Ese Bigoro Bigoro bigororotse
Yagera hamwe ku Mukirakiziba
Bakayibaza ingene yitwa nkayitazira
Nt’erega ngiyo Taba itantaye mu rudubi
Bizira kuntetereza
Kuko nashikanye nkagenda ndayigabanye
Gakeye, gakeye !

Ndakumbuye iki, nkumbuye
Ndakumbuye iki,nkumbuye
Je nkumbuye ku Mukirakiziba
Erega ndi ku Mukirakiziba
Ndi hamwe ku Mukirakiziba
Ku Gitanga i Ntatangwa
Hamwe mwene mama yankebura
Ati Ngwino, ngwino ugabane
Maza n’imwe Ntambara!
Natayeko ndayigabana
Ndayishorera izuba ryaka,
Gakeye, data we
Gakeye, data we!

Nagiye ngendagenda
Ngenda ntera inkuru
Iya, iyagira abantu
Naragabanye nkubita umurya w’Uburundi
Unezereye abantu bose mu Nsamirizi
Iyaga neza eh, baco!

Ndakumbuye Biziragukanya
Gitare kitari gito ni we Karegerege
Ka Bitanagi Ntanagi Muravyo wa Nkangata
Warabirije ku Gitanga
Iziri imitima myomo zikagwa imihindigiti
Hamwe ku muvumba kwa Rabigihande
Ni ho nazijabukanye
I Gitanga, abagore bambaza,
Bambaza n’abahagaze ku canzo
Banyeraguza, ingene ngenda ngiye amakira
Ingene ngenda ntamba ntarika
Ntera ijoro ijambo
Ibijuju bikajumararigwa
ngenda ngiye amakira
hariya ku Mukirakiziba
Gakeye, gakeye
Gakeye, gakeye

Ndakumbuye Bigoro, eh, bane!
Ndakumbuye Birenzi
Ndakumbuye Mugamba,
Ese umusi uri aho
Nazigabana aho umwana anyitegereza
Akaza arirukan’injishi iri mu kuboko
Ayihagatiye, aratwengatwenga
Anezerwa

Ndamwakirana urweze rwinshi
Ngwino, ngwino mwana wanje
Gakeye, gakeye
Gakeye, gakeye
Ah’umwana arengutse
Aza arampamagara, avumera amvumereza
Nkamwitaba nk’abavyeyi
Akitegereza Maza n’imwe Taba iteye iteka
Ingene ndiko ndayihanagura
Ikaberwa

Vyibuha, vyibuha, vyibuha
Vyibuha se nda zibobo
Simbe nka bamwe bagura inyana imivyuka.

Mais, une autre musique sous forme de poésie lyrique connue sous les noms de ‘IBICUBA, AMAZINA Y’INKA’, est née et s’est développée à travers le Burundi, particulièrement dans les hautes régions montagneuses où l’élevage de la vache était largement pratiqué. Ce décor d’une tradition pastorale léguée par nos ancêtres enrichissait la beauté du Burundi ancien, beauté dans les pâturages, beauté dans les étables des ‘Rugo’ (enclos familiaux) où le lait de la vache était un soutien indispensable à la vie, et beauté tout court de tout un peuple qui se reconnaissait UNI et FIER autour de la ‘VACHE’. Pourquoi les musiciens Burundais modernes n’exploiteraient-ils pas cette richesse musicale dans leurs chansons?

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s