« WIHORERE, SHA YA RUGAMBA ! »: Béatrice MANIRAMBONA, La première chanson Traditionnelle modernisée par l’Orchestre National du Burundi, en 1977.

Béatrice Manirambona a intégré l’Orchestre National du Burundi dès sa création en 1977 où elle a directement prouvé ses talents en tant que chanteuse soprano dans l’exécution d’une chanson traditionnelle très connue dans le pays, « WIHORERE, SHA YA RUGAMBA !» qui fut parmi la toute première série de chansons enregistrées par le groupe à la Radio nationale en Juin 1977. Béatrice est née et a grandi à Bwiza, quartier de Bujumbura qui fut le premier foyer de développement de la Musique Burundaise moderne dans les années 1960 (voir livre « De l’Inanga à la Guitare classique, l’Histoire de la naissance de la Musique Burundaise moderne, de Mgr. Justin BARANSANANIKIYE). Cette belle causerie amoureuse entre mari et femme, est ici reprise dans le chant alterné d’Adolphe Bigirimana et de Béatrice Manirambona.

– Wihorere, Sha ya Rugamba!,
Wihorere, nda ya mama, …
– Wihorere, Sha ya Rugamba!,
Wihorere Kiroroge, …
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Wihorere, nda yakunze, …
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Akayago n’ugusuka, …
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Umutima wo kukwanka, …
Uri kure nk’ukwezi, …
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Umutima wo kugukunda, …
Urateze nk’irembo, …

– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Uja kuba mu Burundi, …
Agira amaso ntagira amatwi, …
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Ka kayago twayaze, …
Urakabika muri ntibate, …
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Genda mama, witunge, …
Mu ntara utabaye, …
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Uburundi buravuga, …
Buravuga inda yagiye, …
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Buravuga inda yagiye, …
Kandi butayibonye, …

(Les deux interlocuteurs ensemble):
– Wihorere, Shaya Rugamba!,
Nagasaga, nakagaruka, …
Hirya y’ejo tuzobonana, …

Les merveilleux arrangements musicaux combien adaptés au rythme envoûtant de cette belle chanson traditionnelle, sont l’œuvre d’Adolphe Bigirimana et de Magloire Nibigirwe (alias Buddy). Dès la première diffusion de « WIHORERE » sur les antennes de la radiodiffusion nationale du Burundi, le public burundais n’y croyait pas. Un rêve ? Oui, pensaient plusieurs, peut-être des spécialistes Européens seraient-ils venus travailler avec l’orchestre national ! Mais il s’agissait bien d’Adolphe Bigirimana à la guitare solo et au chant, Kirundo Gérard à l’accompagnement et Buddy à la guitare basse, faisant de ce chef-d’œuvre une réussite très appréciée par la plus haute autorité du pays à l’époque. La batterie était aux mains Évariste Niyonzima. Et, enfin, le solo féminin remarquable n’est autre que celui de Béatrice Manirambona.

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s