POURQUOI PAS UN « RUGO (enclos) EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉ AUX MUSIQUES TRADITIONNELLES BURUNDAISES ?»

POURQUOI PAS UN « RUGO (enclos) EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉ AUX MUSIQUES TRADITIONNELLES BURUNDAISES ?»

Face à la menace de disparition de certains « Genres de Chant et Instruments Musicaux traditionnels du Burundi », le Département des Recherches Ethnomusicologiques de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA, Etablissement Culturel, a jugé urgent de créer « UN RUGO (enclos) RÉSERVÉ AUX MUSIQUES TRADITIONNELLES BURUNDAISES » où leur présence, leur pratique, leur diffusion et leur enseignement seront désormais permanents. Ce RUGO servira en même temps comme Centre de recherches et d’études ethnomusicologiques au sein du patrimoine musical du Burundi, et pourra également être utilisé par les étudiants de l’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA et d’autres chercheurs souhaitant découvrir les profondeurs de nos musiques.

Mais, pourquoi un « RUGO » uniquement consacré à la Musique? Dans la tradition Burundaise, le « RUGO » est l’enclos familial où sont érigées les habitations pour les membres de la famille, mais aussi les étables pour les troupeaux. C’est dans le « RUGO » que l’enfant naît, grandit, s’épanouit et apprend tout sur la vie, les coutumes et les mœurs de son pays, les relations sociales et les responsabilités qui l’attendent dans l’avenir, tout en y acquérant surtout une solide éducation de vrai patriote fidèle à sa nation. C’est aussi dans le « RUGO » familial que l’enfant apprend tout sur la culture de son cher Burundi, notamment, la Musique et les danses de ses ancêtres et surtout la langue ‘Kirundi’ qu’il est appelé à sauvegarder et à perpétuer, intacte et inaltérée.

Comment se présentera ce « RUGO (enclos) DES MUSIQUES TRADITIONNELLES BURUNDAISES ?» dont nous rêvons ? Simple ; c’est- à-dire, conçu à l’image du « RUGO » traditionnel clôturé, non pas par des barbelés ou d’un mur en briques ou pierres, mais de morceaux et feuilles de bois tissés à la burundaise, tel que connu autrefois à travers les belles collines du Burundi, entourant :
– Une habitation traditionnelle principale couverte de chaume où seront exposés tous les instruments musicaux traditionnels du Burundi (Inanga, Ikembe, Umuduli, Indonongo, etc.) dans toutes leurs variantes et originalités régionales. Une large cour équipée de sièges traditionnels y sera disposée pour les exhibitions artistiques et les débats. Différents objets autrefois utilisés dans diverses chansons traditionnelles (ex. Icakunze, pour les chants accompagnant le travail de fabrication de beurre, Urusyo, pour les chants entourant le travail à la meule, Isekuro, ubwato, etc). Toutes les musiques traditionnelles burundaises y seront régulièrement présentées et des danses exhibées conformément à un calendrier trimestriel qui sera largement diffusé pour le public intéressé. Des vieux vivant aux environs ou invités depuis d’autres régions et provinces seront associés à cette exposition permanente, soit pour venir jouer de divers instruments musicaux, pour chanter telles ou telles musiques de telle ou telle région, et pour répondre aux questions des visiteurs sur la musique et les instruments traditionnels du Burundi, sans oublier les villageoises, femmes et jeunes filles, spécialisées dans la pratique originale des chansons et danses traditionnelles.

– Un petit pâturage entourant ce « RUGO » où des bergers traditionnels des villages environnant pourront garder des troupeaux (vaches, chèvres, moutons) tout en pratiquant la musique instrumentale Umwironge, et la poésie lyrique Ibicuba, Amazina y’inka, à l’intention des visiteurs et chercheurs.
Cette présence en exposition permanente de la musique et des chansons burundaises contribuera essentiellement à faire renaître dans le cœur des jeunes qui visiteront ce « RUGO », la soif pour la reconquête et la redécouverte de leurs valeurs perdues. Mais ce sera surtout aussi un lieu de grande fierté nationale, car il remplira sans interruption la mission de sauvegarder et de transmettre sans faute nos traditions musicales tout en les faisant connaître de manière authentique à nos visiteurs et chercheurs étrangers. L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA remercie tous ceux qui voudront bien s’associer à ce projet en contribuant à l’obtention des fonds nécessaires pour sa réalisation.

INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA
B.P. 197 Gitega, Burundi
Tel : +257 79 877 097 ou +257 77 758 123
E-mail : baransajust@gmail.com
https://musicologygitega.wordpress.com

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s