NGABO LEONCE AU SOMMET DE SON SUCCÈS MUSICAL dans « SIMONI YANANIYE ».

NGABO LÉONCE AU SOMMET DE SON SUCCÈS MUSICAL
dans « SIMONI YANANIYE ».

En 1999, tout Bujumbura est secouée et danse à la folie le tube « SIMONI YANANIYE » lorsque Ngabo Léonce le remixe au studio d’Aaron Tunga au Canada dans son album « MWIRIWE », avec comme complicités vocales, Jean-Christophe Matata, Jean-Paul Samputu, Justine Zidona et Aaron Tunga lui-même, également maître des guitares et claviers. Les percussions sont signées Koffi Akah. Mais en réalité, l’histoire de la composition de « SIMONI YANANIYE » remonte à un passé bien lointain, 25 ans plus tôt, en 1974, lorsque Ngabo l’avait chantée pour la première fois avec le groupe AKEZAMUTIMA créé à Bwiza par Augustin Ndirabika. Rappelons au passage que c’est en Juillet 1973, que cet artiste Burundais hors du commun venait d’être sacré Lauréat du premier concours musical national baptisé « PIROGUE D’OR DE LA CHANSON », organisé par la Radiodiffusion nationale du Burundi.

Auteur-compositeur et interprète inégalable à cette époque, Ngabo Léonce, l’enfant choyé et chéri de tous les Burundais, savait bien que toute la nation attendait davantage de lui et de sa suprématie dans la musique burundaise moderne à peine naissante au lendemain des tristes événements de 1972 qui venaient d’endeuiller sa patrie. Toute la jeunesse avait les yeux braqués sur lui, prête à écouter et à suivre sa moindre parole. Il était ressenti comme un véritable père de famille ayant la mission et le devoir d’élever et d’éduquer toute une génération de musiciens sans expérience qui allaient naître et marcher sur ses traces dans les années qui suivraient. Une chanson pleine de conseils aussi profonds ne fut ni composée ni écrite au hasard. Léonce devait faire preuve de son esprit de patriote responsable au moment où son nom était entouré d’un respect particulier aussi bien par l’autorité politique et le parti unique au pouvoir. L’auteur-compositeur de « SAGAMBA BURUNDI » n’avait pas droit de baisser la barre :

SIMONI YANANIYE

Simoooni ! (Simoni yananiye !)
Simoni (yananiye !)
Simoooni ! (Simoni yananiye !)
Simoni (yananiye !)

1. Je, Simoni (yananiye !)
Ewe, Simoni (yananiye !)
Je, Simoni (yananiye !)
Ewe, Simoni (yananiye !)

Namutumye kuvoma (ati, Jewe, simvoma.)
Namutumye gusenya (ati, Jewe sinsenya.)
Namutumye kuragira (arasimba arandahira.)
Ewe, Simoni (yananiye!)
Yoho (yananiye!)
Simoni (yananiye!)
Ewe, Simoni (yananiye!)
Simoni (yananiye!)
Ewe, Simoni (yananiye!)

Namutumye kuvoma (ati, Jewe, simvoma.)
Namutumye gusenya (ati, Jewe sinsenya.)
Namutumye kuragira (arasimba arandahira.)
Ewe, Simoni (yananiye!)
Iyoho (yananiye!)…

2. Je, Simoni (yananiye !)
Ewe, Simoni (yananiye !)
Je, Simoni (yananiye !)
Ewe, Simoni (yananiye !)

Nababjije abagenzi (yuko bomungeragereza)
Ngo ahebe izo ngeso (zimutera ubuhumbu)
Mwa bavyeyi mwavyaye (mwavyaye mugaheka)
Emwe, Simoni (yananiye!)
Iyoho (yananiye)
Je, Simoni (yananiye !)
Ewe, Simoni (yananiye !)
Je, Simoni (yananiye !)
Ewe, Simoni (yananiye !)

Nababjije abagenzi (yuko bomungeragereza)
Ngo ahebe izo ngeso (zimutera ubuhumbu)
Mwa bavyeyi mwavyaye (mwavyaye mugaheka)
Emwe, Simoni (yananiye!)…

SIMONI (YANANIYE!)
ARAGOYE (YANANIYE!)
SIMONI (YANANIYE!)
SI NGUYO (YANANIYE!)
SIMONI (YANANIYE!
SI NGUYO (YANANIYE!)
ARAGOYE (YANANIYE !)
YANANIYE (YANANIYE !)….

Simoooni…

Avec le groupe AKEZAMUTIMA déjà doté de musiciens de grand talent en 1974 (mais sans instruments modernes de qualité) à savoir, Kirundo Gérard, Adolphe Bigirimana, Evariste Niyonzima et Augustin Ndirabika, Ngabo Léonce enregistra à la radio nationale, « SIMONI YANANIYE » (chanson IKEMBE à l’origine) ensemble avec « Mutima uruta umutumba, Karire k’inyana », « Wa wundi ni umugabo » et une série d’autres compositions signées Ndirabika Augustin, dont « Mbabazi wanje », « Erega Dawe ni umugabo », « Mwananje ntunanirwe », « Sangira akabisi n’agahiye » qui tenaient la tête du répertoire dans la diffusion de chansons. Quant à l’album « Mwiriwe », Sylvie Clerfeuille d’Afrisson écrit : « Dans cet album qui offre une palette de musiques burundaises, Ngabo Léonce métisse sa musique de couleurs sud-africaines « Simoni yananiye », folk (« Nzomuha ico ashaka »), de complaintes ( “Ruhuka n’amahoro”) et de rumba-rock (« Ni Umugabo ») ».

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s