LA GÉNÉRATION ACTUELLE DES MUSICIENS BURUNDAIS NÉGLIGE LE TRAVAIL DE RÉDACTION DES PAROLES A CHANTER!

LA GÉNÉRATION ACTUELLE DES MUSICIENS BURUNDAIS
  NÉGLIGE LE TRAVAIL DE RÉDACTION DES PAROLES A CHANTER! (En affiche, le tout premier Orchestre National du Burundi, 1977).

Appeler la génération actuelle des musiciens Burundais à revenir puiser inspiration au sein de nos musiques traditionnelles, c’est aussi les inviter à apprendre de nouvelles leçons de linguistique et de grammaire de la langue ‘KIRUNDI’ à cette même source intarissable qui détient à la fois l’expression originale et l’art musical inédit propres aux Barundi. Il y a trente ans, le Burundi a connu des musiciens respectueux de notre langue maternelle qui s’étaient érigés non seulement en chanteurs de grand talent, mais aussi en dignes défenseurs de notre langue. Leurs œuvres sont là aujourd’hui, remplies de beauté, agréables à écouter et à suivre dans les enseignements qu’elles donnent. Marc Barengayabo, le célèbre compositeur de notre Hymne national « Burundi bwacu », souligne ce facteur extrêmement important dans la profession musicale quand il dit : « Je dois dire que j’avais un bon texte, bien écrit par des hommes profonds, qui maîtrisaient la langue kirundi, des poètes ».

De grands artistes qui ont marqué l’Histoire de la Musique Burundaise Moderne avaient aussi compris cette donne et en ont fait leur devise dans leur travail quotidien. Ils avaient bien compris qu’ils ne travaillaient pas pour eux, MAIS POUR UNE NATION, POUR UN PEUPLE QUI VEUT LE RESPECT DE SES VALEURS CULTURELLES. Nous ne pouvons que penser à eux avec respect également en nous remémorant leurs paroles qui honorent à la fois notre langue et notre personnalité.
CANJO AMISSI a chanté :
Hora, nkima y’Umugamba, yikima ntibatere ;
Hora, kanyana k’i Burundi, kigina bagacura
Hora, se mwiza wanje, hora se ncuti yanje.

DAVID NIKIZA a chanté :
Nzosiga nteye ikigabiro
Ku bisigarira vyacu
Kizoba icibitso

JUSTIN BARANSANANIKIYE a chanté :
Umukenyezi, ni we arereye Uburundi
Ni we bumwe mu miryango
Ni we cishinzo c’ababanyi biwe

NDENZAKO et SHUNGURA ont chanté:
Barondo mwanteze abiri ngako agace mbaciriye
Ca make duce ibiyago twese turi bamwe:
Ugomba kurusimba ntazimarira ku rutugu
Uruvugo ntirwonza ntawopfuye yubatse,
Turuca mu ryahumye tukimara ishavu.

JEAN-BERCHMANS HAKIZIMANA a chanté :
Nta utera ibuye aho yateretse igisabo,
Kirezi c’umugenzi !

Et le vieux BANDORA, musicien traditionnel sur l’Inanga :
Naragabanye Maza n’imwe Ntambara
Na Birenzi irenza urwamo izindi;
Ndatamba ndatarika
Ese Bigoro Bigoro bigororotse
Yagera hamwe ku Mukirakiziba
Bakayibaza ingene yitwa, nkayitazira,
Nt’erega ngiyo Taba itantaye mu rudubi,
Bizira kuntetereza
Kuko nashikanye nkagenda ndayigabanye:
Gakeye, gakeye !

Où est cette richesse et cette sagesse poétiques traditionnelles du Burundi ancien dans les expressions comme ‘akabajou’, ‘umu-type’, ‘naragupfiriye’, ‘bebi’ etc, etc utilisées couramment dans des chansons en ‘Kirundi’?  N’avons-nous pas raison de renvoyer nos musiciens actuels à cette ACADEMIE TRADITIONNELLE DE LA LANGUE ‘KIRUNDI’ ? Nous ne pouvons rester spectateurs inactifs pendant qu’ils transforment la musique en UNE MACHINE DE DESTRUCTION DE NOTRE LANGUE alors qu’elle ne l’a jamais été dans notre tradition. Il faut qu’un nouvel orchestre national soit reconstitué pour remettre les choses en ordre !

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s