PROSPER BURIKUKIYE (Alias Bahaga), Auteur-Compositeur et Interprète de « YASA N’IRIRENGA »

PROSPER BURIKUKIYE (Alias Bahaga),
Auteur-Compositeur et Interprète de
« YASA N’IRIRENGA »
(ou les jeunes, sans argent, condamnés toujours
à perdre la lutte pour les amours !)

« YASA N’IRIRENGA » ou « YITWA TIRO RY’INKA » comme certains l’appellent, cette chanson, « Étoile d’Or » de Prosper Burikukiye marque l’histoire de la Musique Burundaise dès le début des années 80. « Natif de Nyakabiga, il fait ses débuts avec les groupes Ntahangwa River et Mihigo des Grands Lacs étant encore étudiant à l’Université du Burundi. C’est bien ce titre qui le propulse et lui donne une place de choix aux côtés des auteurs-compositeurs Burundais, un morceau bien orchestré enregistré en Europe », écrit Mgr. Justin Baransananikiye dans son livre ‘De l’Inanga à la Guitare classique, Une histoire de la naissance de la Musique Burundaise Moderne’ où il classe ce jeune et brillant artiste Burundais dans la catégorie des MUSICIENS INTERMEDIAIRES.

Dans une interview accordée à http://www.afrique.fr  en 2011, Bahaga déclare : « la chanson aborde ici un thème aussi vieux que le monde, la belle qui craque abandonnant son amour véritable à cause du matérialisme. Bien que j’aie croisé même des filles qui m’ont convaincu que c’était d’elles qu’il s agissait dans mes chansons, je dois encore une fois décevoir. L’autre jour dans un salon à Bujumbura aussi j’appris chez un de ces nouveaux riches de la capitale que ‘Yasa n’irirenga’ était la plus belle fille de ma faculté des lettres et sciences humaines, ils ont dit que c’était F.K. Elle était effectivement la plus belle fille de ma classe et peut être de toute l’université. Et si à l’époque il y avait un concours ‘Miss Burundi’, elle l’aurait remporté sans effort, bon, peut-être qu’il s’agit entre autre d’elle parce qu’elle était déjà avec ce même monsieur riche mais il faut regarder autour de soi les «yasa n’irirenga» et «abatware», il y en a eu, il y en a et il y en aura toujours tant que le monde sera le monde. »

YASA N’IRIRENGA

Hariya iwacu, iyo nakuriye,
Habaye umwana, yari intore ;
Yari umuyabaga, yarezwe runtu,
Yari akarorero mu rungamye.

Uyo mwana ni katihabwa,
Yakunze, eka yarakundwa ;
Yari umukirisu, ntiyasiba misa,
Ni ko yarezwe, ntiyahemuka !

R/ yitwa tiro ryi inka
Yasa n’irirenga

Aho yankunda nanje nkamukunda,
Si je namujanye, ihibambewe !
Barayamaze ngo hayaga abangana,
Abatware ni bo bamuntwaye !
R/………

Nzokwama nicara kuri ka gasozi
Ku mucamo hamwe yahora aca;
Ntega amaso yuko yogaruka,
Aze anzaniye wa mutima !

Chanteur-dénonciateur de certaines vérités profondes (chuchotées loin des oreilles suspicieuses de l’époque), Bahaga est l’un des rares musiciens burundais qui ont fait le bon choix de marcher sur les traces de Canjo Amissi dans la promotion de la langue ‘kirundi’ sur la scène musicale. C’est lui le père de l’album IKINJANA CA 20 (le 20e siècle) sur lequel nous trouvons un autre de ses grands succès Mpore ma , et de IBITI VY’AMUFE où il chante dans un style imagé une certaine trinité de Jewe, Yohani na Serejiyo. Malgré toutes les tristes péripéties traversées par son pays et les expériences décourageantes qu’il a lui-même vécues, Prosper Burikukiye voit l’avenir sous un nouveau soleil d’espoir : « Heureusement que l’être humain a cette capacité d’oublier avec le temps, … », confie-t-il au média http://www.afrique.fr/wp-content uploads/2011/04.

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s