RETROUVAILLES : NGABO Léonce et Mgr. Justin BARANSANANIKIYE, Une même vision sur l’avenir de la MUSIQUE BURUNDAISE.

RETROUVAILLES :
NGABO Léonce et Mgr. Justin BARANSANANIKIYE,
Une même vision sur l’avenir de la
MUSIQUE BURUNDAISE.

(En affiche : NGABO Léonce avec Mgr. Justin BARANSANANIKIYE
A L’hôtel ACCOLADE de Gitega)

Dans toutes les cultures africaines en général, quand les vieux sages se rencontrent, c’est toujours pour deux raisons essentielles : éclairer la jeune génération sur des questions de la vie ou donner à la société une (des) solution(s) à de quelconques difficultés insurmontables ou qui posent polémique. Ces rôles combien importants, NGABO Léonce, aîné des artistes-musiciens burundais modernes sur la scène musicale où il remporte le tout premier trophée musical baptisé ‘Pirogue d’or de la Chanson 1973’, l’a très bien compris, et il le poursuit avec passion voulant le remplir en patriote fidèle même à l’âge avancé. Il compte à son palmarès de grands hits que les mélomanes burundais ont tellement aimés, notamment, « Sagamba Burundi, Longtemps, Ehe mwana wa mama, quel salaud beau-père, Mwana umwe nta mwana, Simoni yananiye, Nzomuha ico ashaka, Mutima uruta umutumba, Wa wundi ni umugabo, etc. »

Justin Baransananikiye, était bel et bien ensemble avec Ngabo Léonce au sein du Premier Orchestre national du Burundi lors de sa première sortie officielle le 1er Juillet 1977, il y a de cela 39 ans. Auteur-compositeur et interprète de « Incuti irahumuriza, Mpaye Umukenyezi, Urukundo ni intagerwa, Ngira mpere udusiga, Si we yakwanse », Mgr. Justin considère cette rencontre avec son confrère de métier Léonce comme une nouvelle lueur d’espoir pour LA RENAISSANCE DE LEUR VISION COMMUNE DE PROMOTION DE LA VRAIE MUSIQUE BURUNDAISE, ORIGINALE, BELLE ET SAVOUREUSE, qu’il faut à tout prix replanter dans les cœurs de la nouvelle génération des musiciens Burundais qui apparemment ont perdu toute orientation dans la poursuite de cet objectif.

A l’hôtel Accolade de Gitega, les deux vieux géants de la Musique Burundaise moderne se rencontrent le vendredi 8 Avril 2016, l’un, Ngabo Léonce, devenu Président-Directeur du FESTICAB et première figure du cinéma burundais, et l’autre, Justin Baransananikiye, devenu Evêque et Directeur de l’Institut de Musicologie de Gitega. Leur conversation tourne sans aucun doute autour du souci qu’ils partagent de redonner à la Musique Burundaise son sens premier de représenter notre art national traditionnel au sein de la mosaïque des musiques du monde.

La première question qui anime leurs débats porte sur le triste constat qu’ils font de la dispersion actuelle des talents musicaux burundais. La nouvelle génération de nos musiciens n’est pas unie autour d’une cause artistique commune comme nous l’étions à notre époque dans les années 70, soulignent-ils amèrement. Aujourd’hui, l’on chante pour ses intérêts personnels, pour son propre succès, pour des objectifs banals n’élevant point l’art musical de notre pays. Chacun s’aventure de façon solitaire de son côté ; nul ne consulte l’autre pour un échange de vision ; il n’y a qu’une ruée folle derrière l’argent et les profits personnels. Le désordre est général en matière de création musicale et l’absence d’une vision partagée par tous les artistes fait tourner notre musique dans un cercle vicieux, allant jusqu’à la transformer en une sorte de labyrinthe sans issue. Quoique vieux, nous sommes encore en mesure d’aider le secteur de la Musique de notre pays à reprendre son bon chemin, concluent-ils.

Se fixant les yeux profondément, NGABO Léonce et Mgr. Justin Baransananikiye s’accordent sur une première initiative à entreprendre (bien que les moyens fassent encore défaut) : VOLER LE PLUS TOT POSSIBLE AU SECOURS DE L’AMICALE DES MUSICIENS DU BURUNDI (A.M.B). « Nous devons tout faire pour soutenir et épauler l’action et le travail de Bruno Simbavimbere (alias Memba), le président actuel de l’Amicale », ajoutent-ils. Pourquoi ? Parce que NGABO Léonce est le Créateur et le Fondateur (en 1986) de cette première grande plateforme artistique au profit des musiciens burundais. Bien qu’il soit actuellement déjà entièrement engagé dans le cinéma, cette vision est toujours vivante et présente dans son cœur et il y tient encore comme au premier jour. Ce n’est pas tout.

Mgr. Justin Baransananikiye, technocrate qui a pu bénéficier d’une haute formation en Musique et Musicologie, se dispose quant à lui à œuvrer main dans la main avec NGABO Léonce pour organiser en faveur des musiciens burundais membres de l’Amicale, de nombreuses sessions de formation chaque année dans divers domaines touchant leur profession. Des appels seront lancés en direction de tous les partenaires nationaux et internationaux pouvant d’une manière ou d’une autre soutenir des projets qui seront conçus dans ce sens. (à suivre).

« L’avenir de la Musique Burundaise est un souci qui doit nous préoccuper tous ! »

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s