Une Journée Nationale dédiée à la Célébration de la DANSE EMBLEMATIQUE DU TAMBOUR DU BURUNDI« UMURISHO W’INGOMA

Photo en affiche : La Troupe de Tambourinaires de L’Institut de Musicologie de Gitega.

C’est avec un grand sentiment de reconnaissance que l’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA accueille la décision du Gouvernement du Burundi (ce 1er décembre 2016), dédiant la date du 26 Novembre de chaque année comme JOURNEE NATIONALE DE CELEBRATION DE LA DANSE TRADITIONNELLE EMBLEMATIQUE DU TAMBOUR DU BURUNDI « UMURISHO W’INGOMA ». Cet événement est d’autant plus important dans le domaine de la musique burundaise, que nous l’inscrivons aussi au calendrier des grandes dates marquant les étapes de développement de notre musique. Mais pourquoi parler de musique plus précisément ?

Très peu sont ceux qui comprennent comment l’Art de nos tambours traditionnels constitue aussi une richesse musicale de grande valeur. En effet, si nous dansons l’UMURISHO W’INGOMA, c’est tout simplement parce qu’il nous entraînent dans leurs RYTMES qui impriment en nous ces gestes, ces sauts, ces mouvements indescriptibles de notre corps qui se tord dans une agilité quasi angélique, miraculeuse, élastique, portant en elle des expressions et des messages de grandeur, de fierté, de bravoure, d’amour, d’héroïsme, de fidélité, de dur labeur, lesquelles vertus ont caractérisé de tous temps l’homme Murundi. Et le RYTHME, apprenons-nous dans nos facultés, constitue l’essence même de la musique.

Réalité évidente des faits, l’enfant burundais encore en bas âge, porté sur le dos par sa mère et écoutant pour la première fois ces battements combien ordonnés, magiques et savamment orchestrés selon la science traditionnelle de nos ancêtres, a toujours répondu par un grand sourire d’espoir, se laissant aussi emporter en bougeant naturellement. Le tambour, n’est-il pas sien et ne constitue-t-il pas son cordon culturel qui le relie aux soupirs des rêves des premiers créateurs de cet Art, aujourd’hui reposant dans le sein de nos belles collines depuis des siècles ?

Des dizaines de RYTHMES musicaux encore inexploités, se trouvent en effet enfouis dans notre « UMURISHO W’INGOMA ». L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en est déjà conscient et s’est lancé depuis un certain temps dans leur recherche dans le but d’en faire une base de travail exhaustif en ethnomusicologie en vue de la production prochaine d’œuvres musicales originales, nouvelles et enrichies de ce patrimoine unique. Nous avons toujours et encore besoin de partenaires internationaux intéressés par ce projet. Car, ces RYTHMES des tambours burundais ont une destinée de devenir un jour une grande source de revenus, si des promoteurs y étaient associés et venaient à découvrir comme nous, que ce sont de nouveaux styles de rythmiques musicales pouvant se vendre auprès des artistes des cinq continents toujours en quête d’innovations. Nous pourrions certainement en faire une véritable INDUSTRIE DE L’ART DU TAMBOUR DU BURUNDI à partager avec le reste du monde.

Par ailleurs, mis à part le rôle d’attraction touristique que revêt cet art unique au monde, la danse du tambour du Burundi est traditionnellement perçue comme symbole incarnant l’unité des Barundi de toutes les ethnies, de toutes les régions et de tous les clans sociaux tout au long de notre histoire. Enseignons-la correctement à la jeune génération afin de cimenter davantage l’honneur qui lui a été fait d’être inscrit, en 2015, par l’UNESCO, au patrimoine culturel de l’humanité.

Nous contacter :

INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA
B.P. 197 Gitega, BURUNDI
Tél : +257 79 877 097
Email: baransajust@gmail.com
http://www.musicologygitega.wordpress.com

Publicités

Publié par

MUSICOLOGY GITEGA

Ancien professeur de Musique, Justin BARANSANANIKIYE fut l’un des fondateurs de l’Orchestre national du Burundi en 1977. Il a participé à différents programmes inter-africains pour la promotion de la Musique tenus au Niger, au Bénin et au Togo. En 1991, il reçoit son « Doctor of Divinity », et en 1993, son « Doctor of Ministry » de Asia Graduate University and Theological Seminary, ainsi que l’« International Culture Prize in Religion ». Evêque depuis 1999, il est le fondateur de L’INSTITUT DE MUSICOLOGIE DE GITEGA en 2013. Il est aussi auteur du livre "THE SWEEPING WAVE", (ISBN : 978-1-4567-8172-9) publié en 2011 aux éditions Authorhouse, Indiana, USA, et aussi "DE L'INANGA A LA GUITARE CLASSIQUE-L'HISTOIRE DE LA NAISSANCE DE LA MUSIQUE BURUNDAISE MODERNE" en 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s